ENSEIGNEMENTS DE SEYDI EL HADJ MALICK : Le Khalife rassure, apaisé et protège...


ENSEIGNEMENTS DE SEYDI EL HADJ MALICK : Le Khalife rassure, apaisé et protège...

A l’Instar du Khalife Omar Ben Khattab, Amir Al Mouminine qui sortait la nuit dans les rues de Médine pour s’enquérir de la situation de la communauté, le Khalife Général des Tidianes s’est distingué hier dans son rôle de Gardien du temple en veillant sur la cité qui était rivée devant le petit écran jusqu’à une heure tardive pour suivre les enseignements de Seydi El Hadj Malick Sy. En plus d’un contrôle-qualité sur le contenu du message délivré à propos de l’enseignement de Maodo, c’est, le « patriarche » qui veille sur le legs et les légataires en parfaite conformité avec l’injonction prophétique :

 

 كلّكم راع وكلّكم مسؤول عن رعيته« Koullukum rahinwa kllukum mas’ûlun ‘an r iyyatihi ».

 

Le Khalife a assuré son rôle de « berger » du peuple de Dieu vis-à-vis du « troupeau » pour guetter le moindre dérapage en ces temps de forte surenchère langagière dans les médias et les réseaux sociaux.

 

Par ce geste « omarien » du nom du second khalife de l’Islam, j’ai failli lui adjoindre le surnom d’« Al-Fârûq », tellement cette désignation lui colle en ce qu’il est largement connu comme celui qui n’hésite jamais à décanter le vrai de l’ivraie et en toutes circonstances.

 

Par une approche foncièrement pédagogique, saisissant un moment de grande écoute, son message chargé d’émotion et de sens a rappelé aux disciples les enseignements universels d’humilité et de sagesse de notre Patriarche Maodo.

 

La forme empruntée par le Khalife en a surpris plus d’un mais l’éducateur-né a bien saisi le sens de l’adage « li kulli maqâmin maqâl » (à chaque situation le discours adapté) pour s’adresser au-delà de sa communauté à l’ensemble des Sénégalais. De sa simplicité, Serigne Babacar Sy Mansour a pu faire sienne, cette noble recommandation prophétique « Khâtibû Nâsa ‘alâ qadri ‘uqûlihim » (Adressez-vous aux gens selon leur niveau d’entendement) pour fructifier ce grand moment de télévision afin de captiver l’attention de tous par la spontanéité mais aussi la franchise que tous lui reconnaissent.

 

Le geste du Khalife, éminemment salué par la médiasphère mais aussi par les disciples tidianes ainsi que l’ensemble de la communauté musulmane a montré encore une fois, la double dimension de la personnalité de Serigne Babacar Sy Mansour : le père-protecteur qui, en toutes circonstances, sait utiliser les bons mots pour rassurer mais aussi l’éducateur rigoureux qui, en fin pédagogue, n’hésite jamais à recadrer les écarts de comportement et de langage.

 

En s’entourant de sa famille après une soirée de rupture de jeûne devant la télévision, le Khalife nous a rappelé sa dimension humaine, telle que Maodo l’a incarné toute sa vie durant, quelle que soit la station (Maqama) dont Dieu lui a gratifié sur terre. Dans son message, le khalife a rappelé cette dimension de Maodo qui, malgré tous les attributs que Dieu lui a accordés, a préféré la reconnaissance de son Créateur dans l’au-delà aux lustres éphémères de ce bas monde. Quelle belle preuve d’humilité !

 

L’œuvre majestueuse de Maodo a permis de hisser très haut le flambeau de l’Islam et de la Tariqa Tijaniyya. Son legs est riche en connaissances dirait-on encyclopédiques mais surtout en valeurs morales ayant semé les graines de l’exception sénégalaise en matière de tolérance et de vivre ensemble.

 

Le Khalife l’a si bien rappelé en mettant en exergue une des conditions d’adhésion à la Tijaniyya : vouer un grand respect à tous les hommes de Dieu, toutes obédiences confondues. Ceux qui font le contraire n’ont rien compris de l’enseignement de Maodo ! Merci pour le Rappel, Ya Khalifa ! Un rappel qui vient à son heure dans un pays où la concurrence  confrérique et les surenchères dithyrambiques  sont devenues le cheval de bataille de disciples peu soucieux des enseignements de leurs maîtres ou encore abusés par des  « Ouz-Star » en quête de célébrité.

 

Fidèle à sa réputation d’homme de vérité et de conviction, le Khalife n’aurait pas hésité à recadrer les éventuels écarts de langage tendant à hisser Maodo à une station indue. Lui-même n’a jamais réclamé un statut d’élu, lui préférant celui de simple disciple en perpétuelle quête de connaissance et de grâce divine. En adoptant cette attitude d’humilité et de constance dans ses valeurs, il savait que Dieu se chargerait de le hisser au cercle restreint des élus et que le destin de l’homme de Dieu est de supporter les épreuves (Hamlu Aza-l-Warâ’), la récompense étant au bout de l’effort.

 

Ya Khalifa ! Prions que votre appel à la concorde des cœurs soit entendu et appliqué de tous. Puisse Allah accepter vos prières adressées à toute l’humanité sans distinction de religion ; « min jihhati Tîni aw fid-dîni », comme dit Mado dans le Tayssîr

 

Vous l’avez dit, la pandémie qui frappe le monde n’est pas une simple maladie mais une épreuve divine dans le sens étymologique de « Balâ » que seule la prière pourra permettre de dépasser, mais en retenant la leçon de notre impuissance malgré les orgueils de l’Homme ! En homme pragmatique, vous avez très tôt pris vos responsabilités en fermant les mosquées sur recommandations du personnel de santé mais surtout en droite ligne des recommandations de la Charî’a en la matière et de la jurisprudence Malikiyya. Maodo n’avait-il pas initié la campagne de vaccination contre la fièvre jaune face au refus des guet-ndariens. L'avenir lui a donné raison. L’avenir vous donnera raison !

 

Que Dieu entende vos prières Ya Khalifa, comme il avait entendu l’appel de vos pères et aïeux en toutes circonstances.

 

Pour un Sénégal de paix, de concorde et d’une commune volonté de vivre ensemble !

 

 

Cheikh Ahmed Tidiane Sy Ibn Al Amine

Aspirant disciple

Lundi 11 Mai 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :