ENFANTS ÉGORGÉS À TOUBA / Pourquoi Bara ne se sent pas responsable de la mort de Baye Daour et de Serigne Mbacké Madina ! A-t-il été ensorcelé ?

Après avoir perdu sa première épouse décédée à l'accouchement, son grand frère et bienfaiteur mort dans un terrible accident, l'essentiel de ses biens dont des beoufs de race volés ou morts...Bara Touré a finalement sombré dans la déchéance. Pourtant, le jeune mareyeur ne se sent toujours pas responsable de quelque chose, alors qu'il est accusé. Il se prend pour la victime dans cette affaire sordide au terme de laquelle deux mômes de 2 et 7 ans ont été égorgés.
(2ème partie)


Bara établit un link avec le diable 

 

Financièrement affaibli et affecté moralement par les événements malheureux qui se sont succédés dans sa vie, Bara Touré devint un accro du charlatanisme. Ses voyages dans le sud du pays devenaient de plus en plus fréquents. Un de ses voisins nous explique que le très pieux père de famille passait, désormais,  le plus clair de ses nuits à prendre des bains mystiques. " À plusieurs reprises, je l'ai surpris en train de se laver dehors. C'était généralement très tardivement dans la nuit, à  des heures où personne ne circule ici. L'homme que je connaissais très courtois et simple avait beaucoup changé. Il était devenu taciturne. La chose qui me paraissait le plus bizarre c'est que dans sa famille, on n'entendait presque pas de bruit. Subitement,  il se mettait à se chamailler avec ses épouses. Il était devenu insupportable. "

 

Au marché au poisson où il officiait, Bara avait aussi présenté des signes de dépression. Ses relations avec ses collègues mareyeurs et surtout avec ses clients devenaient de plus en plus délétères. " Un jour, je l'ai vu reprendre son poisson d'une de ses clientes en les arrachant depuis le panier de cette dernière, juste parce que celle-ci lui avait fait la remarque qu'il vendait plus cher que d'habitude. Moi-même, j'ai eu un accrochage avec lui. Et pourtant, je lui demandais de juste jeter un œil sur ma marchandise le temps que je parte récupérer un sac. Mais, à ma grande surprise, il m'avait suggéré de trouver un autre pour ça ", nous confie un mareyeur avec qui  il partageait le plus clair de son temps. 

 

La nuit du crime

 

" Dans sa famille, personne n'a senti venir ce drame. Il pouvait engueuler ses épouses, frapper les enfants, refuser de manger, mais jamais il n'aurait égorgé ses deux enfants,  surtout pas Baye Daour, qui portait le nom de son père. Il aimait aussi beaucoup Serigne Mbacké Madina Touré. Cet enfant portait le nom du guide spirituel de son père, " clame à l'intention de Dakaractu une de ses voisines. Elle poursuit.  " Nous ne parviendrons jamais à mettre dans nos têtes que c'est lui qui les a tués. "

 

Dans tous les cas, dans la nuit du 27 septembre 2019, Bara Touré est vraisemblablement passé à l'acte. Il s'est extrait discrètement du lit de sa deuxième épouse, est passé récupérer un couteau au niveau de la cuisine. Il est entré dans la chambre où dormaient deux garçons et deux filles. Il a d'abord pris Serigne Mbacké Madina qu'il a amené dans la maison voisine, avant de passer à l'acte. Il est revenu ensuite prendre  Baye Daour. Après avoir commis l'irréparable,  il a déposé les corps des deux mômes à l'endroit avant de se débarrasser de son tee-shirt et du couteau. Dans la chambre, les enquêteurs seront frappés par la petite quantité de sang trouvée sur place. La déduction sera faite que les enfants ont été déplacés. 

 

La tentative de suicide par couteau 

 

Visiblement déboussolés, les enquêteurs seront confrontés à un problème. Ils ne savaient pas par où commencer jusqu'à ce que Bara Touré leur montre une piste.

 

Amenés à visiter la maison voisine, les enquêteurs feront des découvertes  importantes. Ils trouveront, en effet, le tee-shirt ensanglanté et le couteau. Bara Touré, sachant que des choses qu'il voulait taire à jamais allaient être divulguées, s'isola et se trancha la gorge. Nous étions le 28 septembre 2019. Il sera acheminé à l'hôpital Matlaboul Fawzeini de Touba où il sera interné sous surveillance policière discrète. 

 

Depuis ce jour, les soupçons ont commencé à peser lourd sur lui. Il était devenu le suspect numéro 1. Pourtant, il sera relâché et autorisé à  vaquer à ses occupations. Bara ne le savait pas. Il était suivi dans ses moindres faits et gestes. Seulement, lui aussi avait su rétrécir son champ d'action. Ses mouvements n'avaient donné aucun élément nouveau pour l'enquête. Cette dernière se suffira des prélèvements effectués sur les lieux et envoyés dans un laboratoire à Bordeaux.

 

Et si Bara Touré n'avait pas agi seul

 

Voilà une question qui taraude désormais les esprits des enquêteurs.  En effet, l'on se demande comment Bara aurait pu déplacer le jeune Serigne Mbacké Madina, âgé de 7 ans, le porter jusqu'au dehors, le maîtriser et l'égorger sans qu'il ne fasse de bruit capable d'alerter la maison ou le voisinage . Tout cela paraît improbable. Mais qui l'aurait aidé ?

 

Le silence perturbateur de Bara 

 

De retour de Bordeaux, les prélèvements ont accusé Bara Touré. Seulement, le jeune mareyeur ne semble rien comprendre de ce qui s'est passé. Aux enquêteurs, il dira n'avoir rien à  se reprocher.  Il sait  que l'acte peut bien lui être attribué mais déclare être conscient qu'il  est aussi une victime dans cette affaire.  " Je suis tranquille avec ma conscience par rapport à Dieu.  C'est moi qui ai fait l'acte très  certainement, mais inconsciemment. " 

Il ne dira pas plus lors des deux séances organisées dans le cadre de la reconstitution  des faits, sinon raconter qu'il pensait procéder à des sacrifices quand il égorgeait. Son acte, selon lui, n'est pas volontaire. Une force inconnue serait derrière. 

 

Bara Touré, a-t-il été ensorcelé ?

 

Le temps que la réponse soit trouvée à cette question, Serigne Mouhamadou Lamine Bara Touré devra faire face au Procureur du tribunal de grande instance de Diourbel. Les  enquêteurs du commissariat spécial de Touba ont, peut-être, à travers cette affaire,  rencontré l'homme le plus mystérieux qu'ils n'ont jamais connu.

Vendredi 15 Mai 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :