EHCVM : « La proportion de personnes malades et/ou blessées est plus élevée en milieu urbain qu’en milieu rural. »


EHCVM : « La proportion de personnes malades et/ou blessées est plus élevée en milieu urbain qu’en milieu rural. »
Au Sénégal de 2018/2019, 23,5% de la population a déclaré avoir eu une maladie et/ou blessures. Selon l’enquête harmonisée sur les Conditions de Vie des ménages ( EHCVM) lue à Dakaractu, le nombre de malades est plus élevé en milieu urbain qu'en milieu rural.

L’état de morbidité de la population et leurs causes, le handicap et le recours ou non à un service de santé en cas de maladie et/ou de blessures sont des indicateurs de base de l’état de santé d’une population. Ainsi l’analyse selon le milieu de résidence révèle que la proportion de personnes malades et/ou blessées est plus élevée en milieu urbain (25,5%) qu’en milieu rural (21,7%).


Selon le sexe, les femmes (25,6%) ont été plus affectées par une maladie et/ou une
blessure que les hommes (21,0%). Concernant le handicap, selon les résultats de l’enquête de l'EHCVM, 4,3% de la population vit avec un handicap. Comme pour la maladie et/ou la blessure, la proportion de personnes vivant avec un handicap est légèrement plus importante en milieu urbain qu’en milieu rural.
Selon le même rapport, certaines maladies sont plus fréquentes en milieu rural.

Le paludisme et la fièvre sont plus répandus en milieu rural.


D’après les résultats de l’EHCVM, parmi les personnes ayant déclaré un problème de santé au cours des trente 30 derniers jours, le paludisme et/ou la fièvre est la maladie la plus répandue. Selon le milieu de résidence, les résultats révèlent que la situation est plus accentuée en milieu rural (36,0%) qu’en milieu urbain (32,7%).
L’analyse selon le sexe montre que près du tiers (30,9%) des femmes et près de quatre hommes sur dix (39,4%) ont déclaré avoir souffert du paludisme durant la période de référence.

État de santé chez les ménages riches /ménages pauvres

Le rapport montre que les problèmes de santé évoluent avec le niveau de bien-être des ménages. Selon l' EHCVM les individus issus des ménages les plus riches sont plus sujets aux maladies ou aux blessures que les individus issus des ménages les plus pauvres. Comme la morbidité, le handicap augmente aussi légèrement avec le niveau de bien-être des ménages. Selon toujours l’Enquête harmonisée sur les Conditions de Vie des Ménages (EHCVM) de 2018/2019, il a été question du degré de satisfaction de la consultation médicale des ménages selon le niveau de vie. Il ressort des résultats issus de cette opération que, quel que soit le niveau de vie du ménage, plus de sept d’entre eux sur dix (plus de 73%) ont déclaré être satisfait de leur consultation médicale suite à une blessure et/ou une maladie.

L’enquête s’est aussi intéressée aux raisons qui poussent les personnes ayant eu un problème de santé à ne pas se faire consulter au niveau des services de santé en cas de maladies et/ou de blessures. Quel que soit le niveau de vie l’automédication est la raison principale avancée.  Les raisons liées à la cherté et l'éloignement des services de santé ont été aussi évoquées. 
Lundi 13 Septembre 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :