Drame du Stade Demba Diop : ‘’ ‘’Cela fait mal, c’est comme si l’État tentait d’étouffer cette affaire’’ (Collectif des parents des victimes)


Drame du Stade Demba Diop : ‘’ ‘’Cela fait mal, c’est comme si l’État tentait d’étouffer cette affaire’’ (Collectif des parents des victimes)
Le drame du Stade Demba Diop de Dakar est resté encore intact dans la mémoire des familles des victimes décédées après la chute du mur d’une tribune. À l’aube de la 4e année (15 juillet 2017-15 juillet 2021) de commémoration de ce drame qui avait fait une dizaine de décès, voilà le Collectif des parents des victimes dudit drame qui vient briser le silence pour réclamer justice. 
Cheikh Samb, porte-parole dudit collectif, a profité d’un point de presse organisé ce samedi 3 juillet 2021, pour annoncer un récital de Coran pour le repos de l’âme des défunts et aussi pour interpeller les autorités judiciaires en charge de cette affaire.  
 
‘’Nous sommes ici, pour préparer la commémoration de la disparition de nos enfants qui a eu lieu, il y a 4 ans, notamment le 15 juillet 2017. Comme à l’accoutumée, à chaque fois que la date revient, nous ne pouvons que prier pour le repos de l’âme de nos chers enfants disparus. C’est la raison pour laquelle, aujourd’hui nous sommes là, réunis. Et c’est pour préparer cet évènement qui aura lieu, s’il plaît à Dieu, le jeudi 15 juillet prochain. Nous tenons à le célébrer dans la grande mosquée de Mbour’’, a confié M. Samb qui continue, avec ses semblables, de réclamer la situation des responsabilités. 
 
‘’Nous voulons aussi que justice soit faite. Parce qu’il y a 4 ans, nous avions été convoqués au niveau du Palais de justice où nous avions eu à nous constituer parties civiles. Mais, nous avons constaté que depuis lors, tous ceux qui étaient impliqués dans cette histoire-là ont été purement et simplement libérés. Cela ne nous pose pas de problème dans la mesure où nous sommes des apôtres de la non-violence. Donc, nous considérons que le milieu du sport, c’est pour tisser des liens de fraternité. Mais, nos enfants qui sont morts, nous avons un devoir de mémoire et de justice vis-à-vis d'eux. Il faudrait que cet aspect judiciaire qui, jusqu’à présent bat de l’aile, puisse quand même avoir une issue heureuse, pour que nous puissions faire le deuil de nos enfants. Nous avons confiance en notre justice. Mais vu le déroulement des choses, il y a lieu de s’inquiéter. C’est pourquoi, aujourd’hui, nous sommes-là pour qu’on puisse nous entendre. Et qu’on puisse savoir que, certes nous avons pardonné, mais pardonner ne veut pas dire oublier. Nous ne pouvons pas oublier, mais nous aimerions que la justice fasse son travail. Je crois que cela est la moindre des choses que l’on pourrait réclamer pour le repos de l’âme de nos enfants’’. 
 
‘’Nous avons pardonné, mais pardonner ne veut pas dire oublier’’
 
À quelque jour de la date retenue pour les prières aux morts, il relève le silence de cathédrale. ‘’Aujourd’hui, nous sommes le 3 juillet, la commémoration c’est dans moins de deux semaines. Et jusqu’à présent, nous nous n’avons senti aucun geste venant de la part des dirigeants du Stade de Mbour, c’est pourquoi nous, les parents des victimes décédés nous avons pris l’initiative d’organiser ce récital de Coran pour le repos de l’âme de nos enfants. Mais, nous tendons la main à tout le monde. Et je crois que dans les jours à venir, nous allons faire une délégation pour aller rencontrer tous ceux qui peuvent, d’une façon ou d’une autre, apporter leur pierre à l’édifice pour la réussite de cet évènement’’. 
 
 
Membre de ce collectif des parents, Mamadou Dione a relevé la particularité de la commémoration prochaine de ce drame. ‘’Cette année, nous avons décidé de prendre en charge cette commémoration pour prier pour les défunts et tous ces dirigeants du Stade de Mbour qui ne sont plus de ce monde. C’est le cas de Mame S. Diakhaté, Yankhoba Diakhaté, Abdou Sy, Fallou Sow qui ont beaucoup fait pour le Stade de Mbour. Au cours de cette journée dédiée à la prière pour ces jeunes qui ont perdu la vie, lors de ce drame, les anciens joueurs décédés à l’image de Diène Faye, Ibou Sarr’’, a confié M. Dione.
 
‘’Cela fait mal, c’est comme si l’État tentait d’étouffer cette affaire’’
 
Concernant la tension née après ce drame, entre Ouakamois et Mbourois, il signale que les nuages se sont dissipées dans cette affaire. ‘’Je dirais que nous sommes tous des Sénégalais et sommes des croyants. Nous continuons de condamner la violence. Nous avons accordé le pardon et considérons qu’il n’existe point de différence entre nos deux localités. Nous formons tous le même Peuple. Cependant, il y a un devoir de justice. La justice doit jouer sa partition et situer les responsabilités, mais depuis lors, nous n’avons eu aucune information concernant cette affaire. Ces morts ne doivent pas rester impunis. Cela fait mal. C’est comme si l’État tentait d’étouffer cette affaire. C’est à croire que cette affaire ne mérite pas une attention particulière, parce qu’il y a eu durant ces 4 années, beaucoup de dossiers de seconde importance qui ont été vidés devant la justice. Certaines personnes suspectées d’avoir participé à ce drame ont été appréhendées puis libérées sans avoir été jugées. Et c’est cela que nous déplorons vivement. Cependant, je rappelle qu’il n’existe aucune animosité entre Ouakamois et Mbourois. Quand la délégation Ouakamoise est venue présenter ses condoléances nous nous étions rendu compte qu’on avait beaucoup de liens de parenté. Rien ne vaut la paix. Ce qui s’est passé est aussi une volonté divine.
 
Chaque année, Le Stade de Mbour s’agitait pour l’organisation de la commémoration de ce drame. Mais cette fois-ci, on n’a pas senti ce même engouement. Nous avons alors, décidé de prendre en charge cet évènement pour rappeler encore aux autorités judiciaires que nous attendons toujours que la lumière soit apportée dans cette affaire. Parce qu’on ne peut pas admettre que la mort de nos enfants reste impunie. 
 
‘’Une simple déclaration, par voie médiatique ne saurait suffire pour que notre cri du cœur soit entendu’’
 
Awa Diop, mère d’une des victimes, pour sa part est d’avis que de simples déclaration à la presse ne suffisent pas pour susciter une suite judiciaire dans cette affaire. ‘’C’est ce silence qui entoure cette affaire non encore éclairée qui nous a poussé à nous mobiliser pour que justice nous soit rendue. Ce n’est pas de l’argent ou des questions d’indemnisation qui nous préoccupent. Nous réclamons justice pour nos enfants décédés dans ce Stade (Demba Diop). Nous avons initié ce point de presse pour nous faire entendre. L’État ou plutôt nos autorités judiciaires doivent nous prêter une attention particulière. Nous attendons d’organiser les séances de prières pour les victimes de ce drame pour passer à un palier supérieur. Parce que nous savons qu’une simple déclaration, par voie médiatique ne saurait suffire pour que notre cri du cœur soit entendu par qui de droit. Nous entendons utiliser les voies de recours légales pour que justice soit faite’’.
Dimanche 4 Juillet 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :