Dr René Massiga Diouf, président African Journalist forum : «Le visage de la Casamance a complètement changé»


 
 
 
 
 
En dépit des moyens de dissuasion et l’arsenal de répression activés par l’Etat pour stopper net l’exploitation illicite de la forêt casamançaise, force est de constater qu’aucun impact n’est noté sur le terrain. Les délinquants forestiers agissent sans être inquiétés. Une situation écœurante que déplore le forum africain des journalistes spécialisés en environnement. Lors d’une visite guidée avec la presse régionale de Ziguinchor pour sensibiliser sur l’ampleur du phénomène, le président du Forum, le journaliste René Massiga Diouf, décrit lé décor du désastre constaté dans la forêt. «La nature est agressée. Le désastre s’installe. Le visage de la Casamance a complètement changé. C’est dramatique et malheureux de noter que derrière ces actions néfastes pour l’environnement et pour le cadre de vie, il y a un réseau très organisé à la limite mafieux et transfrontalier. Toutes les études ont attesté qu’il y a la main étrangère dans ce trafic », déplore René Massiga Diouf.
 
Poursuivant, le journaliste spécialisé en environnement alerte : « L’avenir de la zone peut être écrit en pointillé sur le plan de l’environnement si ce fléau n’est pas arrêté voire stoppé  net. Ça va créer des conséquences néfastes pour l’épanouissement de la population et les espèces animales », souligne-t-il. 
 
C’est pourquoi, il a misé sur l’arsenal de communication que détient la presse pour sensibiliser tous les acteurs. « L’objectif, c’est que les journalistes puissent utiliser les moyens qui sont les leurs pour  porter leurs voix afin que les conséquences puissent être entendues par les autorités, les partenaires et les populations elles-mêmes », conclut-il...
Vendredi 25 Octobre 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :