Dr Alioune Diop sur la révocation de Khalifa Sall : « Tout acte peut être susceptible de recours… C’est une décision qui a été prise tardivement »


Khalifa Sall n’est plus le maire de Dakar. Il a été révoqué de ses fonctions par décret présidentiel aujourd’hui. Une décision qui a été prise tardivement indique le responsable de l’APR à Grand Mbao, le Dr Alioune Diop. En effet selon lui, le président aurait pu prendre cette décision depuis le début des poursuites contre Khalifa Sall. Le Dr Diop de faire savoir que la loi lui permettait dès le rapport de l’IGE, de prendre une mesure conservatoire, et suspendre le maire de Dakar de ses fonctions en attendant les poursuites judiciaires. Sur le plan du code général des collectivités locales poursuit-il,  « qui stipule en son article 135 qu’une simple condamnation suffit pour une révocation d’un maire ou de ses adjoints, le pouvoir en cassation ne constitue pas un obstacle aux articles 135 et 140 du code général des collectivités locales ». Ce qui est différent du règlement intérieur de l’Assemblée nationale qui exige une condamnation définitive du député pour sa radiation sur les listes, argumente t’il.
 
 
« Mais pour éviter que les gens y voient une affaire politique, il a préféré attendre cette étape du processus pour signer ce décret. Et pire même, il pouvait le révoquer dès sa condamnation en première instance. Ce décret il faut donc l’analyser sur plusieurs aspects » a-t-il laissé entendre.
 « Avec ce décret l’État veille au bon fonctionnement du conseil municipal au profit des populations. Cette sanction administrative n’est pas la première de l’histoire de l’administration sénégalaise, elle tire les conséquences des poursuites judiciaires vidées par les juridictions de fond. Ce décret permet donc une prise en main des affaires de la ville car l’absence du maire compromet le bon fonctionnement du conseil municipal. Condamné, il n’a plus d’autorité physique et morale pour administrer la ville de Dakar » fera t-il encore savoir.
Pour finir, le Dr Diop de rappeler aux partisans de Khalifa Sall  qu’un acte administratif quel qu’il soit , peut être susceptible de recours pour excès de pouvoir devant la cour suprême , et que donc l’espoir est encore permis pour eux.
Samedi 1 Septembre 2018
Dakar actu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :