Double meurtre de Médinatoul Salam : Polémique autour de l'arme du crime, un fusil à canon qui appartient à Cheikh Béthio Thioune

À Mbour, le procès de Cheikh Béthio Thioune et Cie se poursuit. Le guide religieux et ses disciples sont accusés du meurtre des thiantacones Bara Sow et Ababacar Fall, tués le 22 avril 2012 à Médinatoul Salam. Khadim Seck, un des meurtriers présumés, dit avoir tiré quatre fois avec le fusil à canon de son marabout Cheikh Béthio Thioune.


Double meurtre de Médinatoul Salam : Polémique autour de l'arme du crime, un fusil à canon qui appartient à Cheikh Béthio Thioune
Combien de fois a-t-il tiré sur Bara Sow et Ababacar Fall, ce vilain fusil à canon long que le greffier manipule devant Chambre criminelle du Tribunal de grande instance (TGI) de Mbour? Quatre fois, selon Khadim Seck, qui est bien placé pour le savoir puisqu'il a avoué l'avoir actionné dans la nuit du 22 avril 2012. Le procureur de la République et la partie civile le présentent d'une seule voix comme le commanditaire du crime.

Ses co-accusés, qui contestent, sont desservis par sa version des faits. Leur défense fait feu de tout bois. L'hypothétique cartouche supplémentaire représente un argument de plus pour mettre en lumière les mensonges des autres coaccusés, Mamadou Ann dit "Pape" et Mame Balla Diouf. « C'est Serigne Béthio Thioune qui m'avait remis le fusil. Je l’utilisais pour la sécurité de son troupeau de bœufs », a dit Khadim Seck. Tout en lavant à grande eau son guide.

 

Son co-accusé Serigne Saliou Barro, fidèle à sa posture, a avoué avoir escaladé le mur de clôture de la concession de Cheikh Béthio Thioune, à Médinatou Salam. "C'était pour aider Khadim (Seck) à cacher le fusil de chasse sous les gravats", a-t-il reconnu. Et l'arme du crime, un canon long, n'avait pas été retrouvée au moment où Mamadou Ann dit "Pape" la décrivait aux enquêteurs. Après perquisition, le balisticien a monté que l'arme à canon, appartenant au guide des thiantacounes, présentait un maniement très simple.

Demba Kébé affirme qu’il ne s’agissait pas d’un meurtre avec préméditation, que les thiantacounes se sont violemment disputés et "quelqu'un a tiré par mégarde sur les victimes qui s'étaient interposés". Les autres accusés Mame Balla Diouf et Samba Ngom disent tous avoir entendus des cris avant de réagir. Assassin déséquilibré pour les uns, victime du système judiciaire pour les autres, les présumés complices de Cheikh Béthio Thioune ont encore clamé son innocence. Pour l'accusation, c'est au contraire un plan «très élaboré» qu'ils ont mis à exécution ce soir-là, en tentant de dissimuler les cadavres des victimes.  

L'exhumation des corps de Bara Sow et Ababacar a été opérée par les éléments de la gendarmerie de Mbour, le 23 avril 2012. L'autopsie des corps a révélé du sang, des crânes en bouillie, des corps criblés de balles. Ils étaient froidement abattus le le 22 avril 2012, à Médinatou Salam et enterrés avec leurs habits dans une fosse commune. 
Mercredi 24 Avril 2019
Dakaractu




Dans la même rubrique :