Double meurtre de Médinatoul Salam : Les accusés gardent leur mystère sur les circonstances de la mort.

Le procès pour meurtre des thiantacounes Bara Sow et Ababacar Diagne se poursuit. Les meurtriers présumés devraient répondre à une même question : Cheikh Béthio Thioune a-t-il commandité le double meurtre de Médinatoul Salam ?


Double meurtre de Médinatoul Salam : Les accusés gardent leur mystère sur les circonstances de la mort.
On sait, en effet, que Serigne Khadim Seck et Serigne Saliou Barro ont caché l’arme du crime sous les gravats. Mamadou Ann dit «Pape» et Samba Ngom ont, eux, effacé quelques-unes des traces de sang qui recouvraient la malle et les portières arrière de la voiture du guide religieux. C'est à cet instant que l'audience chavire : le procureur de la République fait projeter quelques images de l’exhumation des corps de Bara Sow et Ababacar Diagne, tués le 22 avril 2012 à Médinatoul Salam. L'autopsie des corps a révélé des corps criblés de balles.

Serigne Khadim Seck, 41 ans, a été les premiers à être auditionné au deuxième jour du procès. Il a reconnu avoir tiré quatre coups de feu, dont un dans la foule. « Tout ce que je peux vous dire, c'est que j'ai tiré un coup de feu par mégarde. Je n'étais même pas au courant des morts. C'est après la bagarre que j'ai vu deux corps sans vie au sol. Je n'avais pas identifié le corps qui avait reçu la balle. Je ne savais même que des gens étaient morts. Je n'ai pas assisté à l'inhumation", s'est défendu l'accusé. Il assure avoir tiré par erreur, alors qu'il était chargé, le soir du drame, de la sécurité du troupeau de bœufs. 

Dans la foulée, les autres accusés ont longuement parlé de leur enfance, leur métier, leur couple, leur vie spirituelle, au deuxième jour du procès du guide religieux et Cie. Le procureur de la République près de la Chambre criminelle du Tribunal de grande instance (TGI) a longuement détaillé sur procès-verbal (PV) les circonstances de la mort des deux thiantacounes Bara Sow et Ababacar Diagne, dont les corps ont été exhumés. Mais les circonstances exactes et le mobile du meurtre restent flous. Le procès se poursuit…
Mercredi 24 Avril 2019
Dakaractu




Dans la même rubrique :