Discours à la nation du 31 décembre dans un contexte pré électoral : Mr le président, rassurez-nous .


En cette veille du nouvel an, tous les sénégalais attendent votre discours du 31 décembre 2018 . Le contexte pré électoral assez chargé du reste, marqué par un débat de bas étage et quelque peu passionné par les acteurs politiques de l’opposition comme ceux du pouvoir, donne à cette adresse à la nation, une texture et une symbolique qui, à coup sûr, en valoriseront et son contenu et sa portée .
A quelques semaines seulement d’un scrutin présidentiel aux enjeux particulièrement importants, les sénégalaises et les sénégalais restent angoissés quant au déroulement du processus électoral et aux lendemains électoraux, en dépit des efforts de votre gouvernement pour jeter les bases d’un consensus qui, jusque là, faut-il l’avouer, reste difficile à réaliser autour des questions électorales ( fichier électoral, parrainages, carte électorale etc.) La montée des périls inquiète plus d’un. Pour tous les observateurs avertis de la scène politique sénégalaise, force est de constater que le ciel sénégalais s’assombrit de nuages d’incertitudes voire de menaces de troubles qui, à juste raison, suscitent de légitimes craintes de la part de tout sénégalais épris de paix et soucieux de la préservation de la concorde nationale . Ici en Afrique, notre pays a toujours été à l’avant-garde du challenge démocratique, il a toujours été cité en exemple pour sa grande capacité à émarger sur le registre des grandes démocraties modernes et progressistes . A preuve, l’exception sénégalaise tant louée , a toujours été célébrée partout dans le monde surtout au lendemain d’élections qui, par définition, constituent un examen de passage dans une démocratie. C’est pour cette raison que, sous nos cieux, l’élection en soi, se présente toujours comme un grand moment de vulnérabilité démocratique, de fragilité institutionnelle mais aussi de fébrilité politique. Notre pays s’engage donc dans un événement qui -assurément - le fera grandir démocratiquement ou le ravalera au rang des républiques bananières . Et nous avons tous intérêt à travailler à maintenir le standing et l’étendard démocratique de notre cher Sénégal. A ce titre Mr le président, nous vous interpellons particulièrement en tant que dépositaire de la confiance du peuple qui vous a élu à 65% lors de la dernière présidentielle et au nom de cette légitimité incontestable, à nous donner des gages qui rassureront notre peuple et ramèneront définitivement la confiance entre les acteurs politiques. Nous vous invitons à nous délivrer et à nous livrer un discours républicain qui apaiserait nos cœurs et soulagerait nos esprits . Sous ce rapport, nous souhaitons vivement que lors de votre adresse à la nation, vous nous apportiez suffisamment d’éclairage et de garanties sur cette perspective électorale capitale qui, en principe devra fort opportunément, être un temps fort dans votre allocution, parce que fortement attendu par les citoyens . Ce pays doit continuer à inspirer le monde par son génie politique, il doit rester droit dans ses bottes quelque soit la conjoncture du moment . Les vicissitudes de la vie politique ne doivent aucunement l’ébranler et saper les fondements de cette paix civile si chère à notre peuple . En tant que gardien de la constitution, chef supérieur des armées, patron des arts et de la diplomatie, élu en 2012 au suffrage universel et de la meilleure des manières, nous formulons à votre
endroit cette solennelle interpellation citoyenne pour que vous nous offriez des réponses et des actes politiques à poser qui rassembleraient et qui fédéreraient davantage la classe politique et la société civile à l’aube de ce rendez-vous électoral pas comme les autres. Vous nous devez cela Mr le président de la république car vous êtes débiteur de nos aspirations démocratiques et l’incarnation symbolique de ce vivre ensemble en république si cher au premier président poète. La balle est donc dans votre camp Mr le président et le Sénégal ainsi que le monde attendent de vous, pas moins que ce que vos prédécesseurs ont réalisé et qui leur ont valu une reconnaissance et des hommages appuyés de la part de leurs concitoyens mais également de la communauté internationale . Nous pensons en tant que citoyens que vous en êtes capable et à ce titre, vous ne devriez ménager aucun effort pour nous rassurer. Mr le président, donnez-nous les moyens de traverser pacifiquement cette épreuve démocratique qui n’est qu’une étape dans le processus de maturation de notre démocratie. La vie ne s’arrêtera pas pour autant au soir du 24/02/2019 . Ayez le souci de l’histoire par votre altitude, votre attitude et rassurez-nous, nous en avons bien besoin. Aidez-nous à dissiper nos craintes . L’archevêque de Dakar, dans son message prononcé à l’occasion de la fête de la nativité, a, avec toute la sagesse qu’on lui connaît, indiqué la voie à suivre par ces propos que tout un chacun doit méditer et s’approprier.
<< Donnons-nous ensemble les moyens de vivre une élection libre, juste, transparente et démocratique afin qu’au lendemain du 24/02/2019, le Sénégal sorte grandi et honoré. Soyons des acteurs de la vie politique dans la vérité. La vérité signifiant une conformité morale entre le dire et le faire>> . Mesurons donc l’étendue de nos responsabilités devant dieu, devant les hommes et mettons nous à l’écoute du tribunal de notre conscience. L’histoire finira toujours par se raconter et laissons à la postérité de bonnes raisons d’être fière de nous et de notre contribution au renforcement de la démocratie .
Les hommes passent, les institutions demeurent et chacun d’entre nous déférera fatalement un jour, à la convocation du meilleur et du plus grand des juges pour le vrai audit, celui de nos engagements et de nos actes .
Mes vœux les meilleurs Monsieur le président de la république et que Allah veille sur notre cher Sénégal .
Amadou Moustapha DIOP
Observateur Politique-Militant de la Société Civile-Lanceur d’alerte.
Ancien de l’UGB / SANAR 3
Jeudi 27 Décembre 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :