Diogo (Tivaouane) : Le SHEP dope les compétences culinaires et nutritionnelles des femmes.


Après s’être fait distinguer dans la zone des Niayes où, avec les groupements de femmes, il a su booster à hauteur de 200% les rendements horticoles, le SHEP s'est engagé dans le relèvement et l’amélioration du volet nutritionnel.

À travers ce projet, l'objectif principal est de promouvoir une alimentation riche et équilibrée à travers le consommer local. Lequel projet met en œuvre un paquet d’activités sur la nutrition allant de la formation des formateurs à celle des femmes et des vendeurs d’aliment. Toutes activités allant dans le sens d’inculquer aux populations les notions de base d’une alimentation saine et équilibrée, mais aussi et surtout de leur apprendre à prévenir et à lutter contre l’anémie.

Surtout quand on sait que 80 % des femmes et 60 % des enfants de ladite zone souffrent d’anémie. En effet, le constat est que la viande, le sucre et l’huile occupent une part importante dans la ration alimentaire et cette base alimentaire peut provoquer un déséquilibre alimentaire et causer des maladies cardiovasculaires telles que le diabète et l’anémie. 
Aussi, ce concours culinaire organisé à cet effet devra encourager les femmes à pratiquer et à améliorer leur compétence culinaire axée sur une alimentation saine et équilibrée pour le contrôle et la prévention de l’anémie.

L’occasion de ce concours a été pour le Docteur Macoumba Diop de faire savoir que " le taux d'anémie tourne entre 70 et 80 % à Diogo. Ce qui est un paradoxe ». Car dans cette localité de Diogo, on trouve le plus de légumes, du poisson et de la viande. Pour dire que s’il y a un taux aussi élevé de malnutrition, c’est parce que les populations et les femmes en particulier ne maîtrisent pas les connaissances sur les meilleures recettes nutritionnelles, a-t-il fait remarquer. 
Jeudi 11 Novembre 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :