Différend foncier entre la mairie de Thiès et le service de l'urbanisme : Le Vrai du Faux.


Le projet de marché au poisson prévu au niveau de la Zone d'aménagement concertée (Zac) risque de ne pas voir le jour de sitôt. Ce, à cause du bras de fer opposant la mairie de ville et le service de l'urbanisme sur ledit site. 

Après la sortie du président de la commission domaniale, Dénéba Sall intimant l'ordre au service de l'urbanisme d'enlever les bornes installées sur le site du marché au poisson, le directeur du service de l'urbanisme, Abdou Aziz Diop, est aussi monté au créneau pour apporter des éclaircissements. Selon le chef régional de l'urbanisme Abdou Aziz Diop, "on avait un projet d'extension de la zac. C'était sur 25 hectares, mais finalement, il ne nous restait que 10 hectares. Nous avions convoqué avant une commission dirigée par le préfet et tous les impactés qui se trouvaient dans l'assiette. Ces impactés ont été tous dédommagés et on a commencé les travaux de terrassement et de pose des bornes".

Il poursuit : "il s'est trouvé que le président de la commission domaniale de la ville de Thiès a affirmé dans les médias que la direction générale de l'urbanisme a voulu prendre l'assiette initialement réservée pour le projet de marché au poisson. Je voudrais dire que d'abord la Zac, c'est un projet de l'État qui est instauré et mis en place par le biais d'un décret qui est opposable à tout le monde et après ce décret, la décision a été prise de faire l'aménagement par  tranche et on en était à la troisième tranche".

Comme le projet se trouve dans la Zac, alors, j'en ai informé la mairie de ville et le maire et ses équipes m'avaient demandé qu'est-ce qu'on peut faire? Je leur avais dit que nous allions vous donner 2 hectares. "J'ai été sur le terrain avec le président de la commission domaniale de la mairie de ville, avec le directeur de cabinet du maire, avec un représentant du ministère de la pêche et avec un représentant de la direction générale de l'urbanisme. Une fois sur place, ils ont visité le site et on leur avait montré l'assiette destinée au marché au poisson et ils étaient d'accord. Et il ne restait que la procédure de passation des marchés et les procédures d'autorisation de construire avec les services de l'environnement", explique-t-il.

À notre grande surprise, continue-t-il, ils sont revenus sur leurs engagements en disant que finalement, ils voulaient 5 hectares. "Nous leur avons dit que vous n'avez pas le droit de délibération et vous n'avez pas de papier sur le site. C'est là qu'ils ont brandi un extrait de plan en bonne et due forme. Quand on a pris l'extrait de plan, on s'est rendu compte que l'extrait est totalement en dehors du site que nous voulons aménagé. J'ai saisi le maire pour lui dire que vous voulez 5 hectares, mais finalement vous pouvez en avoir plus. Parce que l'extrait que vous nous avez fourni n'impacte pas notre site. À ma très grande surprise, j'ai entendu dire que là où on a posé nos bornes c'est là qu'ils veulent mettre leur marché au poisson. Je pense qu'ils se sont trompés en pensant que les relevés c'était pas là-bas. Je ne sais pas ce qu'ils veulent. Il faut que les mareyeurs sachent que le site qu'on leur a montré ce n'est pas le bon site", tente-t-il de faire comprendre.
 
En tous les cas, d'après l'article 170 du code général des collectivité territoriale, à la mairie de ville, sont transférées les compétence de l'élaboration du plan directeur d'urbanisme (Pdu), du schéma directeur d'aménagement et d'urbanisme (SDAU), des plans d'urbanisme de détail des zones d'aménagement concerté (Zac), de rénovation urbaine et de remembrement...

Mercredi 24 Mars 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :