Diffamation : MFWA inquiète de la peine de trois mois infligée à Madiambal Diagne et soutient sa décision de faire appel.


Diffamation : MFWA inquiète de la peine de trois mois infligée à Madiambal Diagne et soutient sa décision de faire appel.
La Fondation des Médias pour l'Afrique de l'Ouest (MFWA) s’est dit très préoccupée par la condamnation, le 17 juin 2021, du journaliste Madiambal Diagne à trois mois de prison pour diffamation. 

Elle s’est félicitée cependant de la décision du journaliste de faire appel de la sentence. En effet, le journaliste qui estime que « cette décision est injuste » a aussi fait savoir qu’elle a été prise « sur la base de considérations extrajudiciaires ». Déclarant par ailleurs avoir produit « toutes les preuves soutenant [ses] affirmations devant le tribunal ».

La Fondation d’appeler ainsi les autorités sénégalaises à agir pour assurer la libération de Diagne et à entamer le processus de modification du cadre juridique des médias afin de dépénaliser les délits de presse. « La tendance dans le monde libre est à la dépénalisation des délits de presse, en particulier la diffamation contre les fonctionnaires. Sans vouloir commenter le fond de l'affaire, nous considérons qu'il est rétrograde que, dans un pays démocratique, un journaliste ait fait l'objet de poursuites pénales et d'une peine privative de liberté pour diffamation dans l'exercice de ses fonctions », commente MFWA.

Pour rappel, le directeur du journal Le Quotidien, Madiambal Diagne, a été condamné par un tribunal de Dakar suite à une plainte du magistrat Souleymane Téliko, également président de l'Union des magistrats du Sénégal (UMS). Le patron de presse a été condamné à six mois de prison dont trois mois avec sursis, ainsi qu'à une amende de 500 000 francs CFA et à 5 millions de francs CFA (9 000 dollars) de dommages et intérêts à verser au juge Téliko. 

L'affaire remonte au 29 mars 2020, lors d'une émission de la radio RFM animée par le journaliste Babacar Fall où Madiambal Diagne accusait le juge Teliko d'avoir indûment joui de frais de déplacement dans le cadre du procès d'Hissène Habré. Pour défendre son honneur, le président de l'Union des magistrats sénégalais a traîné le journaliste devant les tribunaux...
Dimanche 27 Juin 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :