Développement du Spoutnik V : Pourquoi la Russie veut 'propager la collaboration vaccinale' à l'étranger.


Au lendemain de la reconnaissance de "l'efficacité de son produit" par la revue scientifique The Lancet, la Russie semble être plus que jamais déterminée à 'propager', non pas le virus covid-19, mais ce qu'elle a produit comme remède pour éradiquer la pandémie. Le vaccin du Spoutnik V est reconnu avec un taux d’efficacité de 91,6 % qui a été calculé sur la base des données concernant 19 866 volontaires ayant reçu les deux injections.

Ainsi, se basant sur les résultats publiés dans The Lancet et provenant du dernier stade des essais cliniques du vaccin, la phase 3, qui porte sur près de 20 000 participants,  le Spoutnik V réduit de 91,6 % le risque de contracter une forme symptomatique de Covid-19. 

Il faut ainsi rappeler qu'avec le nombre de cas de contamination constaté à travers le monde, la demande grandissante de la population en vaccin, resterait tout de même légitime et indiscutable. En effet, si Moscou soutient avoir, avant même la mise à contribution donnée par la revue The Lancet, reçu des précommandes pour plus d'un milliard de doses, elle n'est pas en mesure de satisfaire une demande similaire à celle que manifeste la population mondiale.

Comme l'a soutenu le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov : "Dans un avenir très proche, nous entendons démarrer la production dans des pays étrangers pour répondre à la demande croissante dans toujours plus de pays".  Au lieu de se concentrer sur l'exportation, la Russie entend renforcer cette coopération étrangère dans le cadre de la production de vaccin pour, dit-elle,  "répondre à ce besoin pressant de  l'humanité".

En réalité, le vaccin d'AstraZeneca est basé sur une unique adénovirus de chimpanzé, le Spoutnik V russe par contre, utilise deux adénovirus humains différents pour chacune des deux injections. Selon ses concepteurs, le fait d'utiliser pour le rappel un adénovirus différent de celui de la première injection pourrait provoquer une meilleure réponse immunitaire. Pour l'instant, affirme le porte-parole Dmitri Pestrov, "ces pays qui ont demandé à être servi au produit russe trouvent une réponse favorable de la part de la Russie".

Il faut noter qu'actuellement certains pays comme le Kazakhstan, l'Inde, la Corée du Sud et le Brésil produisent le Spoutnik V, même s'ils restent toujours non-utilisateurs. Mais tous ne l'utilisent pas encore. Cette course au développement du vaccin reste donc lancée et ouverte avec ce souhait de la Russie qui serait prête à se lancer dans une phase du développement du Spoutnik V...
Jeudi 4 Février 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :