Développement de la micro-finance islamique au Sénégal / Yaye Fatou Diagne et la Banque islamique lancent les opérations : Objectifs 55 000 micro-entreprises et 25 000 emplois

En marge de la Semaine internationale de l'inclusion financière qui se déroule actuellement, un atelier de partage sur les objectifs et la méthode d'intervention a été lancé ce jeudi 29 novembre 2018 par Yaye Fatou Diagne, la coordonnatrice du Programme de développement de la micro-finance islamique au Sénégal (PROMISE). Ceci, en collaboration avec la Banque islamique de développement (BID) et sous la présence effective du ministre de la Micro-finance et du développement solidaire Aminata Angélique Manga.

Prenant la parole, Yaye Fatou Diagne, la coordonnatrice du PROMISE, est revenu sur la mission qu'ils se sont assigné, à savoir : relever les défis des infrastructures et de la logistique « Au-delà de la création d'emplois, la micro-finance a également un rôle de pérennisation des petites et micro entreprises », a rajouté la coordonnatrice nationale qui compte faire de la micro-finance islamique une réalité au Sénégal.

Selon Mr Soubèrou, la Banque islamique de développement a toujours été un partenaire privilégié de l'Etat du Sénégal avec 3 milliards de dollars entre 1976 à 2018. Un partenariat renforcé avec l'instauration du PSe (avec 2 milliards injectés entre 2014 et 2018.) D'après lui, avec un taux de décaissement à hauteur de 35% environ 535 millions de dollars.

De son côté , Aminata Manga a assuré que ces 47.8 milliards repartis entre la BID (34 milliards) les systèmes financiers de développement (9 milliards) et l'Etat du Sénégal (3.6 milliards) seront utilisés de façon efficiente et équitable de sorte que les populations aient accès à ces financements (55 000 micro-entreprises pour 25 000 emplois créés).


Jeudi 29 Novembre 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :