Détournement de mineure : endoctrinée, Aminata Sao 17 ans fugue régulièrement pour aller retrouver son amant nigérian.

Âgé de 40 ans, le nigérian John Owzerigo domicilié à l’unité 21 des Parcelles Assainies a été attrait à la barre des flagrants délits pour détournement de mineure sur la personne d’Aminata Sao. Il est reproché au prévenu d’avoir hébergé la fille sans le consentement de son parent en l’occurrence sa mère avec qui elle vit. Pis, l’hébergeur a confié avoir entretenu plusieurs relations intimes avec la fille.


Détournement de mineure : endoctrinée, Aminata Sao 17 ans fugue régulièrement pour aller retrouver son amant nigérian.

Écœurée par le comportement de sa fille et du mis en cause, la mère de Aminata a été entendue devant la barre.

 

« Ma fille avait fugué courant février. J'ai fait 2 semaines à Dakar sans avoir de ses nouvelles. Elle est revenue au courant d’une nuit et d’après ses explications, c’est John, ce monsieur qui l’a ramenée avec son frère. À la police, ma fille a raconté être avec John pendant tout ce temps et ont d’ailleurs fait l’amour », a-t-elle expliqué au juge.

 

Interpellée sur ce qui aurait poussé sa fille à fuguer, elle a confié que c’est un problème d’argent qui l’aurait incité à partir. Cependant, elle a soutenu que son comportement relevait d’un endoctrinement.

 

« Maman, sa fille a été endoctrinée. Elle était en Côte d’Ivoire, elle est venue ici pour sa formation. On est resté 7 ans sans nous voir. Ma fille est actuellement chez les assistants sociaux sur instructions du commissaire de la police et ils ont dit qu’elle est malade. Ma fille est perdue. J’ai aussi appris que ce John l’a inscrite dans une école différente de celle où elle va moyennant un paiement de 10. 000Fcfa », a raconté la maman désemparée de la jeune fille qui n’a pas manqué de verser des larmes à la barre. Elle a, par ailleurs, apporté des preuves écrites de spécialistes sur les rapports intimes de sa fille mais également sur la démence de celle-ci.

 

Pour sa part, le mis en cause, John a tenu à livrer sa version des faits.

« Je suis vendeur de friperie. La jeune fille est venue me voir dans mon espace de commerce et m’a dit qu’elle voulait me parler. Elle me raconta qu’elle avait des problèmes avec sa mère. Je n’ai pas cru à ses histoires et je l’ai renvoyé mais elle est revenue. Elle commençait à déranger. Un jour vers 22h lorsque j’ai commencé à ranger mes chaussures, elle est venue et m’a suivie jusqu’à chez moi alors que j’avais des invités venus du Nigeria et  logés chez moi, mais qui  devaient rallier la Gambie. Ce sont eux qui m’ont convaincu de la laisser quand j’ai voulu la renvoyer. Cette nuit, on a tous dormi ensemble », a dit le mis en cause.

« Qu’est-ce qu’elle a fait le lendemain ? », lui demande le juge.

 

« Le lendemain en accompagnant les invités au garage de Pikine vers 6h du matin, je l’ai enfermée dans la chambre jusqu’à mon retour. Elle revenait à chaque fois que je la renvoyais », a confié John.

Le juge qui a voulu en savoir davantage l'a interrogé sur le nombre de jour passé avec la victime.

« Elle a dormi le 1er jour, elle est revenue, je lui ai demandé ce qu’elle voulait, elle m’a dit qu’elle veut rester chez moi parce qu’elle m’aimait. On a fait l’amour plusieurs fois mais elle m’a dit qu’elle était majeure. Elle revenait chaque nuit », a répondu le prévenu.

 

« Tu as amené la fille jusqu’à chez elle, pourquoi tu n’as pas cherché à rencontrer sa famille ? », lui dit le maître des poursuites.

 

« Quand je l’ai ramenée chez elle, je n’ai pas cherché à voir sa maman parce qu’elle m’a dit que celle-ci était méchante. Elle m’a aussi dit que je risquais d’être battu par son père adoptif,c’est pourquoi je n’ai pas cherché à voir sa famille », a expliqué John.

 

Dans les débats d’audience, une fille est intervenue pour chercher à tirer d’affaire le mis en cause. Celle-ci se réclame être la petite copine du nigérian.

 

« J’ai eu à parler à la jeune fille sur le numéro de John d’ailleurs. J’étais surprise qu’elle me réponde à la place de John. Lorsque je lui ai demandé, elle m’a fait savoir qu’elle avait des problèmes avec sa famille c’est pourquoi elle est partie chez mon petit copain », a déclaré la nommée Thérèse Agnès Ndiaye.

 

Dans son réquisitoire, le parquet a attesté du délit de détournement de mineure qui selon lui ne souffre d’aucun doute.

« Il y’a assez d’éléments dans ce dossier. La victime a entretenu des relations intimes avec John et il y’a des risques de réitération de l’infraction si John est relâché », a dit le procureur général qui requiert 3 mois d’emprisonnement ferme contre le prévenu.

 

La défense elle, a relevé le fait que la fille elle-même a blanchi John, en affirmant qu’il n’était pas responsable.

 

« Je ne crois pas que John soit quelqu’un de terrible. L’erreur de John c’est d’avoir hébergé une mineure. Pour ce qui est des rapports sexuels, la jurisprudence a évolué. On parle désormais de majorité sexuelle à 16 ans en France et ailleurs », a martelé le conseil du prévenu. Il a plaidé sa relaxe sinon l’indulgence de la cour si elle juge que son client est responsable des faits qui lui sont reprochés.

 

L’affaire est renvoyée au 25 mars pour délibération…

Lundi 21 Mars 2022
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :