Dépôt des parrainages : Khaf, « le candidat prisonnier » et Wade-fils, « le candidat non inscrit » à l’assaut du Conseil Constitutionnel


A deux mois des élections présidentielles de 2019, tous les chemins mènent au Conseil constitutionnel. Et pour preuve, les deux « absents » les plus présents sur la scène politique, surtout lors de la campagne de collecte des parrains pour les échéances du 24 février, ont décidé de déposer leurs actes de candidature.

En effet, le parti démocratique sénégalais se rendra cet après-midi au siège du Conseil constitutionnel pour le dépôt des parrains de leur candidat Karim Meïssa Wade. Alors que son retour au bercail est annoncé en grande pompe avant les fêtes de Noël par ses proches et partisans, l'ancien ministre du ciel et de la terre est déterminé à briguer le fauteuil présidentiel.

Une réponse est donc donnée aux nombreuses interrogations qui taraudent l’esprit des concitoyens et de tous les acteurs politiques.  

L’autre absent est sans surprise le député Khalifa Sall, retenu à la prison centrale de Rebeuss. Ce candidat de la coalition Taxawu Senegaal continue son opération de charme depuis sa cellule pour enrôler certains partis de l’opposition. D’ailleurs, sa dernière moisson en date est le leader du Fsd/Bj, Cheikh Bamba Dièye qui a décidé de renoncer à sa candidature pour soutenir l’ancien maire de Dakar.
Le seul couac pour ses deux candidats sera d’ordre technique, parce que l’instance constitutionnelle en charge des élections devra examiner au peigne fin leurs dossiers et sans équivoque aura le dernier mot sur la légitimité ou non de leur candidature. 
Lundi 17 Décembre 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :