Dépistage du cancer du sein à Guédiawaye : le centre de Diama et le Lion’s Club au chevet des femmes démunies.


Assises sur des chaises en plastique, elles attendent sagement leur tour. 
Sur leur visage, aucun signe d'inquiétude. Ces femmes ont compris que la mammographie n'est pas un supplice. Celles qui sont déjà passées par cette étape cruciale pour savoir si on est atteinte du cancer du sein ou non, les ont rassurées. « Ça s'est très bien passé », sourit Seynabou Diagne. 
La septuagénaire est venue à l'instar de ses cadettes voir si elle ne traîne pas une maladie. « C'est pour être sûre que je n'ai rien que je suis venue passer cet examen. On ne sait jamais », se rassure la « Adja ».
Le mois d'octobre est consacré à la lutte contre le cancer. Cette année, comme les précédentes, les initiatives sont multipliées pour permettre aux femmes démunies d'avoir accès à la mammographie. C'est dans cet esprit que le Lion’s Club de Dakar a organisé cette journée de dépistage du cancer du sein au centre de Diama, sis au marché Bou Bess de Guédiawaye.

Stylo à la main, la patronne du centre Diama Mbengue assure que les opérations se passent normalement. « Tout se passe bien. Les femmes sont soucieuses de leur état de santé. Au moment où je vous parle, une vingtaine ont été déjà examinées », se réjouit la présidente du GIE des femmes à mobilité réduite à qui sont dédiées le centre de couture et de coupe. « C'est une initiative à saluer parce qu'elle permet aux femmes qui n'en ont pas les moyens de faire la mammographie », enchaîne-t-elle, sous le contrôle de ses assistantes.
Pape Amadou Ndiaye, l'un des deux infirmiers d'Etat en imagerie médicale qui s'affairent à l'intérieur du cabinet médical mobile révèle qu'en temps normal, il faut débourser 60 mille francs pour passer les quatre radiographies de la mammographie.
Avec son collègue, ils ont accueillies 22 femmes qui seront appelées, l'une après l'autre, pour les diagnostics après l'interprétation faite par un radiologue. 
Mais selon Pape Amadou Ndiaye, la mammographie ne suffit pas pour déceler un cancer du sein. « Il faudra faire d'autres analyses : une biopsie, une infographie mammaire, des examens biologiques, tout cela combiné, on pourra vous dire qu'il y a un cancer ou pas », renseigne l'infirmier d'Etat.
Quid des hommes qui seraient concernés par le cancer du sein ? Il précise que seuls les hommes sujets à des troubles hormonaux, notamment ceux qui souffrent d'un gynécomastie qui doivent être surveillés de très près.  
Samedi 5 Octobre 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :