Dépeint comme un dément : Abdou Diop croise un homme dans la rue et lui assène des coups de machette.

Âgé de 62 ans, Abdou Diop a été attrait devant la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar ce jeudi 31 mars 2022 pour coups et blessures volontaires ayant entraîné une incapacité temporaire de travail de 30 jours et détention d'arme sans autorisation. Le substitut du procureur a demandé une expertise médicale afin de déterminer son état mental. Il sera édifié sur son sort le 07 avril prochain.


Dépeint comme un dément : Abdou Diop croise un homme dans la rue et lui assène des coups de machette.
Face au juge, le prévenu a nié les faits qui lui sont reprochés : "Je ne me souviens pas lui avoir donné des coups de machette. J'ai donné ce coup involontairement. J'ai quitté Gandiol muni de mon arme qui est en fait un outil aratoire, qui sert à cultiver mon champ, pour me rendre chez ma sœur. L'arme est toujours avec moi pour assurer ma défense". 


Blessé à la main et à la tête, la partie civile, Maguette Sow, déclare que le prévenu l'a attaqué alors qu'il était en train de discuter avec un taximan répondant au nom d'Alioune Thioub. Après quelques minutes de discussion, cet homme a surgi de nulle part pour me donner des coups de machette. Je ne connais aucunement le mis en cause. D'ailleurs, je ne l’avais jamais vu auparavant. C'était vers 14 heures...

Le témoin des faits, Alioune Thioub, de donner sa version. "Je revenais du boulot. Arrivé à quelques encablures de notre domicile, je me suis arrêté pour parler avec Maguette Sow. Aussitôt, le prévenu s'est rué sur lui pour lui asséner des coups de machette. C'est moi-même qui ai évacué la partie civile à bord de mon taxi à l'hôpital Idrissa Pouye de Grand Yoff avant qu'il ne soit évacué à l'hôpital Fann".

Prenant la parole pour faire sa plaidoirie, l'avocat de la partie civile a relevé que l'attitude déconcertante du prévenu pose problème. "On ne sait pas s'il jouit ou non de toutes ses facultés mentales. Mais il ne ressort nullement dans ce dossier qu'il ne jouit pas de toutes ses facultés mentales", précise-t-il. Ainsi, la robe noire estime que ce qui est constant est qu'il a donné des coups à la victime. Suffisant pour lui de réclamer la somme de 2 millions de francs Cfa pour dommages et intérêts.

Invité à faire son réquisitoire, le substitut du procureur estime que la justice a la possibilité de déterminer l'état mental du prévenu avant toute condamnation. Dans cette affaire, rien ne justifie son acharnement contre la victime. Au terme de son réquisitoire, le maître des poursuites a demandé une expertise médicale pour le prévenu.

Quant à la défense, Me Diarra estime que le comparant a besoin d'un traitement psychiatrique vu son état. Pour lui, le prévenu Abdou Diop ne mérite pas une peine privative de liberté. L'article 50 du code pénal lui est applicable vu son comportement.

Le jugement sera rendu le 07 avril prochain...
Jeudi 31 Mars 2022
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :