Dépeçage périmètre aéroport LSS au profit des tenants du régime : Les révélations ahurissantes du syndicat et de la coopérative de l’ANACIM


Dépeçage périmètre aéroport LSS au profit des tenants du régime : Les révélations ahurissantes du syndicat et de la coopérative de l’ANACIM
La Coopérative d'Habitat des Employés de l'Agence nationale de l'Aviation civile du Sénégal (CHEANACS) et le syndicat de la structure, dans une note rendue publique, révèlent que depuis le mois de mars 2020, au moment où tous les esprits étaient occupés par la pandémie de COVID-19, des personnes mal intentionnées réfléchissaient elles, à la manière de s'accaparer des terres de l'Aéroport militaire Léopold Sédar Senghor. 
Dans la note signée des deux secrétaires généraux de ces entités précitées, à savoir Abibou MBAYE  et Kéba Birane DEME, 557 parcelles « sont en train d'être distribuées aux tenants actuels de la République, laissant ainsi en rade les vaillants travailleurs Sénégalais oh combien méritants qui s'y rendent quotidiennement pour servir l'État, parce que tout simplement apolitiques. »
Et comme cela ne leur suffit, « elles envisagent la fermeture de la piste d'atterrissage (03/21) de 1500 mètres qui sert à l'aviation légère, pour y aménager des parcelles pour disent-ils dédommager les impactés de la cité Tobago, et accorder à la CDC (Caisse des dépôts et Consignations) trente (30) hectares de terres dans cette zone. Toutefois, ce qu'il faut signaler, c'est une superficie de plus de quatre-vingt-dix (90) hectares avec une prévision de plus de 2500 parcelles de terrains qui y seront aménagées », indique toujours le syndicat.
Selon les mêmes sources, une fois encore, ce sont les mêmes pontes de la République qui bénéficieront gracieusement de ces terres, au détriment des pauvres Sénégalais qui ont trimé toute leur carrière sans acquérir un seul terrain, non sans parler des agents qui sont toujours restés au niveau de l'aéroport militaire de Dakar-Yoff à œuvrer au bénéfice de l'aviation civile nationale et internationale. Elles ont ainsi déploré avec toute la fermeté requise cet état de fait et appellent à la mobilisation de tous les travailleurs des plateformes aéroportuaires pour faire face à cette trahison. 
Enfin, le syndicat et la Coopérative de l’ANACIM de rappeler qu'il ressort de la loi n°2015-10 du 04 mai 2015 portant Code de l’Aviation civile, que l’ANACIM a, entre autres attributions :  le suivi de la gestion du patrimoine foncier de l'État affecté à l'aviation civile ; et la gestion des servitudes aéronautiques pour assurer la sécurité des aéronefs. Paradoxalement, indiquent les deux structures, toutes les structures de la plateforme sont ampliataires de l'arrêté ministériel N° 011921 du 20 juillet 2020 du Ministre de l'Urbanisme, du logement et de l'Hygiène Publique, autorisant le lotissement des cinq cent cinquante-sept (557) parcelles, à l'exception notable de l’ANACIM. D'où, une nébuleuse orchestrée de main de maître par des assoiffés jamais assouvis qui veulent « nager dans du sable ».
Par conséquent, ils ont lancé un appel solennel au Président de la République pour mettre le holà à cette boulimie foncière qui réduit comme peau de chagrin, à une allure vertigineuse, les terres de l'Aéroport militaire Léopold Sédar Senghor, avant que l'irréparable ne se produise. Ainsi, nous invitons toutes les forces vives de la Nation éprises de justice et de paix à nous rejoindre dans ce combat contre les spoliateurs fonciers pour le triomphe de l'équité sociale... 
 
 
Mardi 29 Septembre 2020
Dakar actu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :