Départ de son Directeur de Cabinet, Modienne Guissé : Immense perte d’un diamant noir pour le ministre Aly Ngouille Ndiaye


Départ de son Directeur de Cabinet, Modienne Guissé : Immense perte d’un diamant noir pour le ministre Aly Ngouille Ndiaye

Le temps pourra-t-il permettre au ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique de retrouver un Directeur de Cabinet de la trempe de Modienne Guissé ? «Assurément, non !», gémissent beaucoup d’anciens collaborateurs du Ministère de l’Energie, puis au Ministère de l’Industrie et des Mines, quand Aly Ngouille Ndiaye présidait aux destinées de ces deux Départements.

Certains Agents à l’Energie et aux Mines, qui ont joint par téléphone, Actusen.com, quand ils ont lu la décision de l’ancien Directeur de Cabinet de quitter l’actuel Premier flic du Sénégal, se veulent formels : «Aly Ngouille Ndiaye a perdu un diamant noir ; un laboratoire de technicité ; un homme qui maîtrise les dossiers ; il est capable de transformer l’abattement en euphorie…», disent-ils, pêle-mêle.

Et commentaire d’un ancien collaborateur de Modienne Guissé : «le ministre Aly Ngouille Ndiaye vient de perdre un élément crucial de son entourage, symbole de l’art de manager des troupes et de conduire, avec  une vision claire et nette, des dossiers».

La preuve, jubile notre interlocuteur, toujours en service au Ministère de l’Energie, «en réunion de Coordination, après que tous les intervenants prennent la parole pour trouver en vain la clé à un problème que beaucoup ne croyaient plus solvable, quand Modienne Guissé esquisse des pistes de solution, ma foi, chacun pouvait ramasser ses blocs-notes et quitter la Salle, car le connaisseur les délivrait, du coup».

Du Ministère de l’Energie à celui des Mines : en réunion de Coordination, face aux situations les plus confuses, quand le Directeur de Cabinet prend la parole, tout le monde gémit “bingo!”

Mais cela ne saurait être un accident de l’histoire. Car comme nous l’écrivions hier, en annonçant son départ du Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité publique, Modienne Guissé a très tôt, été un crack. Un crack pur-sang, bichonnent tous ceux qui l’ont fréquenté aux Cycles élémentaire, moyen ou à l’Université. D’ailleurs, lui et l’ancien Commandant de bord de l’avion présidentiel, Madické Seck avaient fait l’unanimité  autour de leurs lisses Cv, leurs états de services irréprochables, laisse-t-on entendre.

64, l’époux de Tabara Mar (Ndlr : sa nièce), a fait ses premiers pas à la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest, à l’âge de 24 ans. Doté d’une intelligence qui se passe de commentaires, l’homme, petit de taille, n’éprouve jamais ni angoisse ni mélancolie, d’après ceux qui le connaissent. Pour se protéger des évènements extérieurs et surmonter les obstacles, Modienne Guissé s’est forgé un seul credo : travailler comme un foçat pour se hisser au premier rang.

Pour ceux qui le connaissent, le financier entretient avec la providence une complicité maladive. Car autant, son cursus scolaire est une litanie de succès, autant ses études supérieures furent un long fleuve tranquille. Jusqu’à ce qu’il atterrisse, un jour, à la prestigieuse Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (Beceao).

Ici, il a su enjamber les escaliers du succès : fondé de pouvoirs, sous-directeur adjoint au Directeur national de la Beceao pour le Sénégal de 1993 à 1996 ; Directeur de l’Agence principale de la Dakar (1996-2003) ; Directeur de la formation Beceao Dakar (septembre 2003-décembre 2006, l’homme obtient une ultime consécration. Quand, du 1er Janvier 2007 jusqu’à la date de sa retraite, Modienne Guissé a été Secrétaire général de la Beceao.

Alors, avec l’avènement de la seconde alternance politique au Sénégal, en 2012, Aly Ngouille Ndiaye, nommé ministre, n’a pas eu besoin de torturer ses méninges, pour savoir sur quelle personne porter son choix pour présider aux destinées de son Cabinet. En effet, à peine fait membre du Gouvernement, le ministre de l’Energie d’alors s’est vite attaché les services de son désormais ex-Directeur de Cabinet.

Doté d’un cursus doré à la Bceao, Modienne Guissé est l’un des meilleurs miroirs à proposer à son pays

Rompu aux montagnes financières, l’homme pour qui, seul le travail paie, a de la modestie et une piété à revendre. «Il faut respecter l’autre avec la conviction que la nature humaine est, profondément, humble. Car quel que soit le pouvoir qu’on possède, le jour, en se couchant, le soir, on n’est jamais sûr de se réveiller avec le même pouvoir », disait Modienne Guissé, en 2007 dans un Mensuel d’informations générales.

Fidèle en amour (monogame depuis 35 ans) et en amitié (il ne s’accompagne qu’avec ses amis d’enfance, Modienne Guissé reste intransigeant : «mes amis d’hier restent mes amis d’aujourd’hui».

L’homme passe pour être l’un des meilleurs miroirs à proposer à son pays. Et pas si certain que Aly Ngouille Ndiaye ne pleure pas pendant longtemps la décision de Modienne Guissé de se retirer de son Cabinet, qui, à n’en point douter, sera l’objet d’un grand vide. Même si certains croient dur comme fer que Modienne Guissé a voulu se rapprocher davantage de se famille et est contraint à la démission par son âge (il aura, bientôt, 70 ans), il reste que dans l’entourage immédiat du ministre Aly Ngouille Ndiaye, on botte en touche.

L’entourage du ministre le présente comme une bête, dans le travail, capable de soulever des montagnes

 «L’ancien Secrétaire général de la Beceao est une vraie bête de travail. Capable de soulever des montagnes, quand il s’agit de travailler sous la pression et à des heures de crime», glisse un proche collaborateur du ministre, qui a côtoyé Modienne Guissé, depuis 2012. D’ailleurs, souffle-t-il, le ministre a tout mis en œuvre pour le dissuader de le larguer, au milieu de la Place Washington. Mais le diamant noir avait fini de décider de s’en aller.

Alors, le premier flic du Sénégal n’a plus qu’à implorer le Seigneur, pour qu’il guide les pas du Magistrat Mamadou Diop, qui aura la lourde tache de succéder au désormais ex-Dc. Parti, certes. Mais, en principe, dont les conseils utiles ne devraient jamais faire défaut à son jeune frère Aly Ngouille Ndiaye. A condition, bien sûr, que les Institutions internationales qui s’activent dans le monde des Finances, veuillent bien le laisser tranquille. Et n’arrachent pas au Sénégal son don du Ciel !

Actusen.com

Dimanche 15 Octobre 2017
Actusen.com




Dans la même rubrique :
LE LAIT, TROP LAID ?

LE LAIT, TROP LAID ? - 24/05/2018