Démolition des maisons à Kahone : « Les populations de Kahone extension ont vu le fruit de plusieurs années d'économie disparaître comme un château de cartes » (Guy Marius Sagna)


À l'occasion d'une visite à Kaolack où il a été reçu par les autorités religieuses dont le khalife de Médina Baye, l'église, I'imam Alioune Badara Ndao etc, Guy Marius Sagna a rencontré plusieurs collectifs dont ceux de Kahone, de Koutal, des Salins du Sine-Saloum, des " Asufor" etc...

Interrogé par la presse locale sur la situation des familles victimes de démolition de leurs maisons à Kahone Extension, Mr Sagna a été catégorique. " Nous exprimons toute notre solidarité aux kaolackois de Kahone extension qui ont vu le fruit de plusieurs années de travail et d'économie disparaître comme un château de cartes en quelques secondes. Notre combat est que l'État puisse leur rembourser leurs dus...", a-t-il déclaré, avant d'enfoncer le clou. "Nous sommes désolés de constater qu'en 2012, nous avions l'impression que nous avions un président, mais nous constatons qu'à la place du président, il y a un demolition-man. Quelqu'un qui est là et ne fait que démolir. Démolir à Gadaye, à Tivaouane peulh, Koutal, démolir des maisons à Kahone extension, spolier les terres de tous les paysans pour les riches, pour les étrangers et cela est tout simplement inacceptable. C'est pourquoi, nous continuons à lancer un appel à tous les citoyens pour leur dire " victimes de démolition de maisons de tout le Sénégal, unissons-nous", " victimes de spoliation foncière, unissons-nous..."

Face au Khalife général de Médina Baye, Guy Marius Sagna a mentionné les problèmes auxquels sont confrontés les travailleurs des ex-asufor, les acteurs culturels, les arabisants bacheliers non orientés, entre autres.

Prenant la parole, le Khalife général de Médina Baye, Serigne Mahy Ibrahima Niass, a invité les dirigeants africains à privilégier les entreprises nationales au détriment des étrangers. Selon lui, notre pays regorge de milliardaires mais ces derniers n'osent pas investir parce qu'ils ne savent pas du tout si cela va aboutir. À le croire, les intellectuels africains surtout sénégalais, ont l'obligation de s'orienter vers la création au lieu de passer leur temps à consommer les idées de l'Europe...
Samedi 30 Janvier 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :