Démocratie américaine : les Pères Fondateurs ont prévu tous les scénarii jusqu’aux plus extrêmes comme Donald TRUMP mais… (Par Mamadou THIOR)


Mercredi 6 janvier 2021, le Congrès composé du Sénat aux mains des républicains et la Chambre des Représentants dominée par les Démocrates, a officialisé l’élection de Joe BIDEN comme président et Kamala HARRIS vice-présidente des USA au bout de 13 heures mouvementées à la place d’une heure habituelle pour ce genre d’exercice. Le processus électoral américain complexe prévoit différentes étapes. 

 

Les électeurs se rendent aux urnes le premier mardi du mois de novembre tous les quatre ans. Ils élisent ainsi dans chaque état les Grands Electeurs qui vont eux entériner leurs choix le deuxième lundi du mois de décembre. Entre temps, chaque état certifie le vainqueur du scrutin et il est loisible de contester les résultats devant les cours et tribunaux. 

 

Donald TRUMP a introduit 62 recours sans succès et pour la plupart devant des juges qu’il a lui-même nommés, donc des juges républicains comme lui car aux Etats Unis, ils sont colorés politiquement mais leur indépendance est un comportement, pas un slogan. 

 

TRUMP en a fait l’amère expérience tout au long de sa présidence. La dernière étape avant la prestation de serment fixée au 20 janvier à 12h heure locale, est cet exercice au Congrès qui passe souvent inaperçu mais qui retient l’attention avec le dernier baroud d’honneur de TRUMP qui a fini de convaincre une douzaine de sénateurs et une centaine de représentants de son camp pour contester les résultats des états clés où il a perdu de justesse. C’est là où sa malhonnêteté est manifeste. 

 

A titre de comparaison,en 2016 TRUMP avait remporté le Michigan par 10 704, la Pennsylvanie 44 292, le Wisconsin 22 748 voix face à Hillary CLINTON qui avait reconnu sa défaite dès le lendemain du scrutin malgré le score étriqué. Au vote populaire (le nombre total de voix cumulées), la dame le devançait pourtant de trois millions de voix. Le fameux système des Grands Electeurs est passé par là. En 2020, TRUMP perd dans les mêmes conditions dans cinq états clés l’Arizona par 10 457, la Géorgie par 12 670, le Wisconsin 20 682, la Pennsylvanie par 81 660 et le Nevada 33 596 votes mais refuse sa défaite et fait prospérer toutes sortes de thèses conspirationnistes pour galvaniser sa base électorale en lorgnant 2024 pour un comeback.

 

TRUMP sait bien qu’il va quitter la Maison Blanche le 20 janvier mais veut laisser le chaos derrière lui. Pour preuve, il a chauffé à blanc ses partisans qui ont manifesté jusqu’à envahir le Capitole, siège du parlement dans la capitale qu’ils ont vandalisépendant que le Congrès se réunissait pour valider une bonne fois pour toutes la victoire de Joe BIDEN.Il a fallu une suspension de séance de trois heures avant la reprise des travaux.

 

Les USA en sont à leur 46ème président de la république et en ont vu passer des atypiques mais Donald TRUMP n’a pas son pareil. Les Pères Fondateurs en visionnaires, ont imaginé tous les cas de figure à la présidence de la république en instaurant le Checks and balances qui fait que les trois pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire se surveillent mutuellement et lorsque l’un des trois commence à sortir des rangs, il est aussitôt recadré comme TRUMP l’a été par les juges et les parlementaires jusqu’à ses plus fidèles soutiens qui ont fini par le désavouer et le lâcher. 

 

Ces contre-pouvoirs ont d’ailleurs bien fonctionné face à un Donald TRUMP résolu à rester à son poste. Il a exercé toutes sortes de pression allant jusqu’à appeler au téléphone le Secrétaire d’Etat de Géorgie, un élu républicain comme lui pour lui demander en vain de changer les résultats en sa faveur. Dans une nation fédérale de 50 états différents, ils ont mis au point le système des Grands Electeurs pour que les grands états n’écrasent pas trop les plus petits. 

 

Depuis 2000, suite au long contentieux électoral entre Al GORE et George BUSH fils, la démocratie américaine est à la croisée des chemins car de plus en plus de voix s’élèvent pour dénoncer le système des Grands Electeurs.Le parti républicain est le grand bénéficiaire de ce système au suffrage indirect et n’a pas intérêt à le remettre en cause. Par cinq fois seulement, le président élu a perdu le vote populaire notamment les républicains George BUSH fils en 2000 et Donald TRUMP en 2016. 

 

Le comportement de Donald TRUMP qui crie à la fraude au-delà de sa démagogie, peut cependant avoir un côté bénéfique pour une remise à plat du système électoral à la limite intouchable pour les américains. Après 232 ans de pratiques, il montre des signes d’essoufflement, suscitant la risée du monde pour une démocratie qui se dit la première de la planète.

                                                                          

Mamadou THIOR

                                                                               Journaliste

                                             

Diplômé en littérature et civilisations américaines

Jeudi 7 Janvier 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :