Demande de renvois : les avocats de Khalifa Sall soupçonnent des manœuvres pour accélérer la procédure


Du Temple de Thémis, Dakaractu a, ce mercredi, en marge du procès en appel relatif à la gestion de la Caisse d’avance, organisé un débat avec les avocats de Khalifa Sall.

A l’occasion, Me Ciré Clédor Ly a, dénonçant une violation des droits de Khalifa Sall et Cie, expliqué que les défenseurs de l’édile de la capitale visent à faire annuler les jugements rendus successivement le 2 février et le 30 mars 2018.  « Nous avons demandé deux renvois alors qu’une seule convocation avait été servie relativement au jugement rendu le 30 mars », a-t-il dénoncé.

« Trois droits, qui sont à la base du Droit Pénal, ont été violés, selon la décision rendue par la CEDEAO : « Droit à l’assistance d’un avocat ; droit à l’innocence ; droit à un procès équitable…La procédure est nulle. Il faut tirer toutes les conséquences en annulant les poursuites et en libérant les personnes arrêtées », a plaidé Me Abdou Dialy Kane.

« Le juge Demba Kandji doit attendre le texte intégral portant décision de la CEDEAO, qui a une force obligatoire. La Cour d’Appel ne peut que se conformer à la décision de la CEDEAO qui est une juridiction supranationale. Ils font des manœuvres pour nous empêcher d’user de cet arrêt qui est une arme entre nos mains. On a compris pourquoi ils veulent accélérer la procédure. La justice, à chaque fois qu’elle se précite, elle se trompe », poursuit la robe noire.

Me Kane, répondant au juge, qui a affirmé n’être pas au courant de l’arrêt de la CEDAO, a rappelé que l’extrait du primitif a été montré aux magistrats. « Le juge ne peut plus dire qu’il ignore le jugement rendu par la CEDEAO », se laisse-t-il convaincre.
Jeudi 12 Juillet 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :