Déficit d'engrais dans le monde rural : Les distributeurs privés tirent la sonnette d'alarme et estiment le gap à plus de 100.000 tonnes.


Les distributeurs privés d'engrais du Sénégal se sont donné rendez-vous ce dimanche à Birkilane (Saloum). Au menu de la rencontre, le déficit lié à l'approvisionnement correct d'engrais au profit des paysans. "Nous les distributeurs privés d'engrais au Sénégal avons décidé d'alerter l'opinion publique nationale et internationale de même que les pouvoirs publics sur la situation désastreuse qui prévaut dans le monde rural. L'engrais est presque introuvable dans le pays au moment où les plantes et les semis en ont plus que besoin. C'est la croix et la bannière pour trouver de l'engrais pour les paysans complètement laissés en rade et désabusés par un système de distribution des engrais fabriqués par les ICS. À ce stade, les cultures ne se portent pas bien, la faute à un non-respect des itinéraires techniques dans l'utilisation et dans l'application des engrais. En effet, l'état actuel des semis de mil, de l'arachide, du maïs, du sorgho, du niébé et autres spéculations ne donnent pas espoir aux bonnes récoltes...", a déclaré la porte-parole du jour, Fatou Dieng.

Poursuivant, Modou Ndiaye de marteler. "En 2021, nous alertons l'opinion que cette catastrophe qui se dessine est due à un manque criard d'engrais dans les usines et les magasins des Ics. Il faut rappeler que les Ics, jadis fleuron de l'industrie sénégalaise, est désormais détenue par les indiens qui vendent à l'État des engrais subventionnés qui sont distribués aux paysans. La même industrie accorde aux GIE, un tonnage important pour satisfaire les besoins des paysans en engrais. Toutefois, en 2020, les Ics nous avaient donné plus de 20 mille tonnes d'engrais que nous avions distribués dans toutes les régions du Sénégal...De 20 mille tonnes de l'année dernière, nous n'arrivons à mettre la main cette année que sur 3 mille tonnes. Il y a donc un gap important de 17 mille tonnes en 2021.Les Ics détenues par des privés indiens, ont vendu des engrais à des pays étrangers comme le Brésil et d'autres pays de la sous-région au détriment des paysans sénégalais. Rien qu'en fin juin 2021, les Ics ont exporté 90 mille tonnes contre 66 mille tonnes en 2020 sur une production annuelle de 250 mille tonnes. Pour la campagne agricole  2021-2022, l'état du Sénégal a prévu une subvention de 145.000 tonnes en engrais composée de 85.000 tonnes en engrais NPK et 60.000 tonnes d'urée mais la notification des fournisseurs que les Ics ont reçue à la date du 06 août est de 41 mille tonnes soit un gap de plus de 100 mille tonnes...", a-t-il ajouté.

Les distributeurs privés de fustiger également la surenchère dans le monde rural. "Le sac qui coûtait entre 7.000 et 8.000 Fcfa, est vendu entre 16.000 et 18.000 Fcfa dans un contexte de covid où la soudure frappe le monde.  Nous exigeons que le marché local soit d'abord correctement approvisonné avant de penser à l'exportation..."




Dimanche 22 Août 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :