Débat autour de la dette : Amadou Bâ écarte tout risque de surendettement et classe le Sénégal loin devant ses voisins


Le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, qui avait décidé de ne plus en parler, va boire, jusqu’à lie, le calice de l’endettement. « Tous les pays du monde s’endettent sans exception. C’est normal et c’est naturel de s’endetter. Il y a une seule instance internationale pour classer les pays en matière d’endettement. On parle de surendettement. De pays de surendettement à risque à surendettement faible. De par la grâce de Dieu, de par la politique économique qui est mise en œuvre sous la dictée, le Sénégal est considéré comme étant un pays à risque de surendettement faible. Personne ne m’a démenti, j’ai dit qu’en Afrique au Sud du Sahara, il n’y a que quatre (dans cette catégorie).  Les pays qui nous entourent dans la sous-région sont à risque de surendettement modéré. Pourtant dans ces pays ce débat ne pose pas. Au surplus, l’endettement est autorité par le Parlement. Nous sommes dans une logique de transparence absolue », a rassuré Amadou Ba ce lundi, à l’Assemblée nationale, où il est pour partager avec les députés le Programme triennal d’investissements publics 2018-2020.

Ainsi, l’argentier de l’Etat se demande : « Est-ce qu’il faut refuser de s’endetter quand le peuple en a besoin ? » « Ce n’est pas l’option du Président Macky Sall », écarte le ministre pour lequel, on ne doit pas « s’abstenir d’électrifier certains villages et de soulager des femmes », grâce au Pudc.  « Ceux qui pensent qu’on ne doit pas le faire, les experts en finances, peuvent venir nous dire ici que ces Sénégalaises et ces Sénégalais n’ont pas aussi droit à l’électricité », défie Amadou Ba.
Lundi 11 Décembre 2017
Dakar actu




Dans la même rubrique :
MOI FALLOU SENE !

MOI FALLOU SENE ! - 26/05/2018