Débâcle de Wallu Sénégal aux locales de 2022 : Le Pds victime de son orgueil ou d'une perte réelle d'influence?

Les récentes élections locales, même si elles n'ont pas encore fini de livrer tous leurs secrets, n'empêchent toutefois pas les observateurs "politiques" de tirer des conclusions d'ordre général.
Si dans certains camps, comme celui de la coalition Benno Bokk Yakaar ou encore de Yewwi Askan Wi, chacun crie victoire, la coalition Wallu Sénégal quant à elle, ne peut que constater les dégâts après sa débâcle. Dans plusieurs localités, la coalition Wallu Sénégal a lourdement chuté. D'ailleurs, elle est même passée dans certaines communes à la troisième, voire quatrième place.


Pour rappel, l'opposition dans sa globalité a voulu au début, lancer une grande coalition pour engager les élections locales que nous venons de boucler. Et les partis qui voulaient composer la grande coalition Yewwi Askan Wi étaient au nombre de quatre : Taxawu Dakar, le Pastef, le Pur et le Pds. Finalement, ce dernier s'est désisté après un désaccord politique que les protagonistes ont voulu diversement interpréter.  Ainsi, Cheikh Ahmed Tidiane Youm, représentant du Parti de l'Unité et du Rassemblement (PUR) au sein de la coalition avait même parlé, au cours d'un entretien accordé à Dakaractu, "que le Pds et la coalition Yewwi Askan Wi n'étaient pas d'accord sur l'orientation à adopter". 

 

Le candidat maire de Dakar pour la coalition Wallu Sénégal, Doudou Wade, a pris le contre-pied de l'acteur politique du Pur, pour rappeler, au cours d'une émission télévisée de la place, "que le Pds n'avait pas été signataire d'un document qui circulait et qui faisait état d'une implication du Parti démocratique sénégalais". Toutefois, malgré les désaccords qu'il y avait entre le Pds et les autres partis tels que Pastef, Taxawu Dakar et PUR, le projet de cette coalition "gagnante" avait été le but de tous ces partis et que la gestation a pris du temps avant de voir le jour.

 

En dépit de toutes les initiatives de Khalifa Sall, de la présence d'un plénipotentiaire du Pds auprès de l'initiateur Khalifa Sall et des échanges sur les règles de jeu politique, le Parti démocratique sénégalais n'a pu s'empêcher de lancer sa propre coalition : Wallu Sénégal.

 

Un temps insuffisant pour créer une coalition qui s'impose?

 

Khalifa Sall, en prenant l'initiative de créer la coalition Yewwi Askan Wi avec le Pur et Pastef, a  débuté les négociations bien avant Janvier 2021. Avec des travaux qui ont été menés par les quatre partis dans la confidentialité. Par contre, Wallu Sénégal a été lancée, quatre mois avant le scrutin de janvier 2022. Une réaction qualifiée d'orgueil de la part d'un ancien bateau amiral de l'opposition qui tient toujours à s'imposer dans le landernau politique et démontrer sa suprématie dans le camp de l'opposition. Ne s'est-il pas senti écarté par 'de nouveaux venus'? 

En tout cas, en créant une autre coalition, le Pds a contacté quelques uns de ses anciens alliés, notamment Bokk Gis-Gis et And Jëf/ Pads. Il y avait aussi l'adhésion de Thierno Alassane Sall et de Abdoul Mbaye. Le président de la République des Valeurs et celui de Bokk Gis-Gis Guiss vont par la suite quitter le navire laissant le Pds avec ses alliés restants. Est-ce que le Pds ne s'est pas trouvé pris dans son propre piège? C'est en tout cas ce que pense le chroniqueur politique, Mamadou Albert Sy, qui commentait récemment l'actualité politique avec  la rédaction de Dakaractu.

 

Ce point de vue a été quelque part corroboré par une déclaration du chargé de communication du Parti démocratique sénégalais, Mayoro Faye, expliquant la débâcle du Pds dans ces élections locales, par un cocktail d'irrégularités et insuffisances qui ont donné ces résultats médiocres à Wallu. Cette perte de plus de 100 collectivités locales est due, selon le Pds, au manque d'expérience de certains dans la conception des listes, au manque de moyens, aux désaccords entre les membres du parti etc. Bref, la coalition Wallu Sénégal a été créée dans la précipitation et pire, elle n'a pas mené une campagne d'envergure qui peut rivaliser avec celle des autres coalitions.

 

Est-ce que le Pds a bien analysé le rapport des forces sur le terrain? Se sont-ils rendu compte que Benno s'est renforcé et que l'image de Yewwi Askan Wi était beaucoup plus positive? Autant de questions qu'il faudra se poser et leur trouver les réponses adéquates, sans aucune complaisance. 

 

Le Pds nostalgique de la présence 'physique' de Wade?

 

Le secrétaire général national du Parti démocratique sénégalais, Me Abdoulaye Wade a habitué les sénégalais à la détermination et aux stratégies politiques sur le terrain. Nous avons même assisté à des élections, comme celles de 2017, où le Pape du Sopi qui avait 91 ans a quitté la France pour rejoindre Dakar. Il avait même été à la rencontre de la population de la capitale pour prendre la parole et souhaiter une forte mobilisation autour de lui pour remporter le scrutin. Ne suffisait-il pas d'un seul geste, d'une présence aux côtés de la coalition dont son parti est initiateur, pour espérer engranger les mêmes résultats obtenus il y'a 5 ans, lors des élections législatives? Habituellement, le parti démocratique était au devant en matière d'initiative politique. Cependant, avec ces locales, il est possible de se demander s'il n'a pas déjà perdu cette machine qui avait l'habitude de drainer des foules à l'occasion des grands rendez-vous électoraux. 

 

Taire les ego et se projeter vers une grande dynamique gagnante?

 

Dans cette optique de mettre en place une coalition qui peut bouleverser la hiérarchie et mettre à terre le régime de Macky Sall, une grande alliance est bien à prendre en compte. C'est du moins ce que nous pouvons attendre des acteurs politiques de l'opposition qui se sont 'virtuellement donné la main'. Il sera donc important pour eux de mettre de côté leurs ego et mettre en avant l'intérêt national qui, comme ils le disent souvent, reste leur préoccupation. Mais avec méthode, le Pds pourrait bien évidemment se retrousser les manches et se mettre dans une position politique meilleure que celle qu'il est en train de traverser. "Nous, de Wallu Sénégal, invitons toutes les parties de l'opposition à fédérer nos forces pour une large majorité pour les prochaines législatives", disait Mayoro Faye chargé de la communication du Pds lors de leur point de presse faisant le bilan des locales. Une cohabitation Pds-Khalifa Sall- Pastef est-elle à considérer ? Soulignons toutefois quelques 'incompatibilités'. L'obsession antisocialiste que Karim Wade peut montrer, pourra limiter la réflexion sur une possible alliance entre libéraux et socialistes. Aussi, le Pastef n'a-t-il pas plus d'entente avec Wade? Plusieurs schémas politiques peuvent prévaloir en pensant à de telles alliances. Cependant, l'heure des grands ensembles pour renaître de ses cendres n'a-t-elle pas sonné pour le Pds? L'aboutissement des prochaines élections législatives nous édifiera...

Vendredi 4 Février 2022
Dakaractu




Dans la même rubrique :