De la sensibilisation à l’action : M23, "Auchan Dégage", "France Dégage", "Non aux APE", Front contre la Françafrique et le Franc CFA, "Aar Lunu Bokk, Sunu petrole" / Guy Marius Sagna ou le combattant de la patrie.

Il s’est fait un nom dans le paysage médiatique sénégalais et dans les réseaux sociaux ces dernières années. Jamais un combat de revendication, un mouvement d’humeur de syndicats, une manifestation citoyenne, une marche pacifique ne se sont tenus sans que l’activiste soit au premier rang. Il est partout et dans les tous les combats. On connaît l’homme sous plusieurs casquettes, mais sa forme de lutte reste la même. Il s’agit d’un fervent panafricain, homme de sérail qui allie à la fois sensibilisation et action. Au-devant de la scène quand il s’agit de revendiquer des droits constitutionnels, de combattre les mépris et l’injustice, de réclamer ou encore porter des revendications, l’activiste est toujours là pour prêter main forte, sans rétribution, ni parti pris. Des arrestations, il en a connu, des agressions aussi tout au long de sa lutte contre l’Occident et les régimes autocratiques en Afrique. Lui, il se nomme Guy Marius Sagna. Retour sur le parcours stoïque d’un patriote dévoué à la noble cause qui surprend plus d’un.


Guy Marius en guerre contre la Françafrique et le Franc CFA

 

Dix-sept pays africains dont le Sénégal fêtent leur indépendance. Guy Marius n’en est pas aussi convaincu, ou du moins pour le Sénégal. Nous sommes en juin 2010. À l’époque, il a donné ses impressions avec le concours de Fodé Roland Diagne sur le rôle des médias sur la notion  d’indépendance dans le monde contemporain. L’insurgé considère « qu’il n’y a nulle part d’indépendance au Sénégal considéré comme la « tête de pont coloniale, le pilier de la Françafrique ». 

 

D’ailleurs c’est ce qui justifie son engouement lui et ses camarades du front « France Dégage » à organiser en 2018 une contre-manifestation le jour de la célébration de notre indépendance afin de déconstruire l’idée d’une indépendance au Sénégal.  Guy Marius a toujours affiché sans ambages sa volonté selon laquelle tous les Etats africains doivent quitter le Franc CFA pour ainsi créer une monnaie commune sous régionale, seul garant d’un véritable développement économique.

 

Guy Marius, coordinateur du M23 à Tambacounda-Est

 

L’homme a commencé sa mission citoyenne dans les rangs du mouvement patriotique né sous les auspices de la fin de règne de la première alternance démocratique. Nous sommes en 2011. L’activiste se voit confié par ses pairs le poste de coordinateur du mouvement M23 à Tambacounda-Est. Sa prise de position hostile au régime du président Abdoulaye Wade lui a valu intimidations, attaques verbales et agressions en guise de représailles.  Le 17 février 2012 alors qu’il venait de quitter la structure préfectorale, M. Sagna s’est fait tabasser nuitamment par des jeunes armés qui selon lui appartiendraient à la coalition  des Forces alliées pour la victoire (FAL 2012). Le militant de Y’en a marre s’en sort avec des égratignures, des contusions et des hématomes.

Ce tournant ne l’ébranle pas et ne l’empêche pas de poursuivre sa trajectoire. La lutte ne fait que commencer.

 

Guy Marius, coordinateur de la Coalition nationale "Non aux APE"

 

Considérant les accords de partenariat économique comme un moyen pour l’Union européenne d’affirmer son hégémonie sur l’Afrique en rendant plus compétitifs ses produits sur le marché continental noir au détriment des Pme et Pmi qui seront menacées et finiront par fermer leurs fabriques. À l’en croire, l’entrée en vigueur de cette nouvelle forme de colonisation permettra à l’UE de faire entrer 70% de ses marchandises sans payer de droit de douane : une perte énorme en terme de recettes douanières des pays d’Afrique de l’Ouest. Selon lui, « le Sénégal perdra 75 milliards de franc CFA par an, puis 240 milliards à partir de la vingtième année, avait-il soutenu en février 2017. Le 28 avril 2016, le porte-voix de la lutte contre les Ape fut arrêté lors d’une marche de contestation contre la signature de ces accords à la place de l’Indépendance. 

L’activiste membre du collectif "Auchan Dégage" a prêté main forte aux commerçants sénégalais en  manifestant toute son indignation suite à l’implantation de multinationales françaises qui procèdent à une  concurrence déloyale sur le marché national. 

 

Guy Marius, un résistant et panafricain en croisade contre le système

 

Ce militant du mouvement Y’en a marre a toujours fustigé sans détours et avec vivacité la gestion dite sobre et vertueuse du pouvoir par le régime du président Macky Sall. Selon ce membre du Front France Dégage, le ténor de l’Alliance pour la République a des liens privilégiés avec l’ancienne puissance coloniale. « Macky  Sall a arboré l’étiquette de tirailleur sénégalais au service de la France », a-t-il qualifié le tombeur de Me Wade. Mieux encore, il l’a même taxé d’être « l’homme de la France au Sénégal et en Afrique ».

 

Dans un contexte pré-électoral, Guy s’est exprimé en faveur d’un scrutin libre et démocratique. Et à ce titre, ce défenseur des droits de l’homme a fustigé avec la dernière énergie l’arrêté Ousmane Ngom interdisant toute manifestation en centre-ville, allant jusqu’à donner un ultimatum au ministre de l‘intérieur pour abroger cette décision administrative.  

 

Panafricain résolu, Guy Marius Sagna ne rate aucune occasion de montrer à l’humanité entière le charme et toute la noblesse de la race noire. Le combat contre la dépigmentation des femmes sénégalaises n’était pas un trop. Il voue un respect sans commune mesure aux précurseurs du mouvement panafricaniste. En septembre 2017, il fut arrêté par des gendarmes aéroportuaires au même titre que les rappeurs Thiat et Simon Kouka alors qu’il venait soutenir l’activiste Kémi Séba, expulsé du territoire sénégalais.

 

En mai 2018, le militant panafricaniste a encore une fois été arrêté à Gorée. Le leader du front « France Dégage » est accusé d’avoir déchiré la bâche montée pour les besoins de l’inauguration de la place de l’Europe à l’île de Gorée.

 

Guy Marius, l’instigateur de la marche contre les violences policières 

 

Qui ne se souvient des bavures policières contre des justiciables lors des manifestations qui nécessitaient juste un encadrement sécuritaire. Guy Marius était aux premières loges dans la campagne de dénonciation des violences policières qui ont malheureusement conduit à la mort de citoyens ces dernières années. Le 10 aout à Dakar, lors de la marche de protestation des familles des victimes contre la brutalité des hommes de tenue à Dakar, il avait plaidé pour la cessation sans délai des violences perpétrées sur des citoyens innocents.

 

Réformes des écoles franco sénégalaises de Fann et Dial Diop : Guy Marius « prend la craie » et « barre » la décision ministérielle

 

Infatigable, cet acteur de la société civile s’approprie le combat contre les réformes dans le système éducatif  visant deux écoles franco sénégalaises dont le statut est spécial. Il s’agit de l’école franco sénégalaise de Fann et celle de Dial Diop. Le ministre de l’éducation nationale avait décidé de mettre en compétition les postes de vingt-neuf enseignants dont les remplaçants seront recrutés dans les locaux de l’ambassade de France au Sénégal. Une décision anti démocratique que le porte étendard du front pour la révolution anti-impérialiste populaire et panafricaniste (Frapp) assimile à un Thiaroye Bis. La menace brandie par Guy Marius Sagna et sa bande au mois de mai de divulguer la liste des autorités étatiques dont les enfants et petits-enfants ont fréquenté ses écoles n’a pas empêché la tutelle de dérouler son projet de réformes.

 

Guy Marius, arrêté lors de la  Manif contre la fin du bicéphalisme de l’exécutif au Sénégal : énième arrestation de Guy Marius Sagna Les activistes sénégalais ont perçu le projet de suppression de la primature comme un recul démocratique du Sénégal qui a une histoire politique dynamique avec des institutions fortes. Pour manifester leur désaccord, ils ont voulu organiser un rassemblement pacifique devant l’Assemblée nationale en début du mois de mai. C’était sans compter sur les forces de l’ordre déployées aux alentours et qui ont arrêté des membres de l’opposition et de la société civile présents à cette rencontre. 

 

C’est ainsi que Babacar Diop du Fds, Abdourahmane Sow du CosM23, Ousmane Ndiaye et Guy Marius Sagna ont été cueillis puis déférés au parquet.    

 

Pétrole et Gaz :Guy Marius dans les profondeurs de la marée noire

 

Membre de la plateforme citoyenne "Aar Lunu Bokk" et du collectif "Sunu Pétrole, Sunu gaz", Guy Marius Sagna est un combattant de première heure pour la transparence dans la gestion des ressources pétrolières et gazières. Il a toujours soutenu la thèse selon laquelle les dossiers relatifs aux ressources naturelles comportent une zone d’ombre notamment dans la phase d’attribution des permis d’explorer en vue de son exploitation dans les années à venir. 

Mieux, il émet des réserves quant à l’inclusion de professionnels en la matière dans le processus d’élaboration. 

« Rien ne permet d’affirmer que des juriste et experts ont été associés à la négociation des contrats », a-t-il laissé entendre. 

Le scandale à hauteur de 10 milliards de Dollars Us sur le pétrole déniché par la chaine britannique BBC et incriminant en premier lieu le frère de Aliou Sall est une preuve irréfutable qu’il n’y a aucune forme de transparence dans les affaires aussi cruciales que les ressources naturelles dont les profits générés lors de l’exploitation seront redistribués aux citoyens sénégalais.

 

Fausse alerte au terrorisme : Enième arrestation de Guy Marius Sagna

 

Suite à la publication d’un texte intitulé « La France prépare un attentat terroriste au Sénégal », Guy Marius Sagna est arrêté le 19 juillet dernier et placé sous mandat de Dépôt. Il sera inculpé par le doyen des juges pour fausse alerte au terrorisme. Les organisations des droits de l’homme, la société civile, les leaders politiques et ses camarades de front, tous en ordre de bataille fustigent avec la dernière énergie, l’arrestation arbitraire de l’activiste. Un mois jour pour jour, le leader du Frapp est élargi de prison grâce  une liberté provisoire délivrée par le doyen des juges.

 

Arriérés de salaires des ex employés du PCCI : Guy Marius enfile un gilet "Orange"

 

Révolutionnaire de son époque et militant des droits de l’homme, l’activiste ne reste pas les bras croisés quand les droits des citoyens sont piétinés. 

La preuve, il dirigeait ce vendredi 30 aout le sit-in des ex travailleurs de PCCI qui se tenait devant le siège de la Sonatel. Ces derniers réclamaient des arriérés de salaires estimés à 404.000.000 Fcfa. 

Lors de cette manifestation, Guy Marius et Malick Diallo du mouvement Frapp et trois travailleurs du Pcci ont été arrêtés et acheminés au commissariat de Dieuppeul d’où il finira par être libéré tard dans la nuit. Pancartes en évidence, ses manifestants accusent la société Orange de protéger le plus ancien des centres d’appel au Sénégal pour que ce dernier n’ait à payer les 145 pères et mères de familles qui attendent avec impatience leur dû depuis quatorze mois. 

 

D’ailleurs selon un ancien de la boite du nom de Youssoupha Ndaw, l’ordonnance N° 537 du juge s’est prononcée en leur faveur et exige à la compagnie téléphonique de payer directement ses honnêtes travailleurs en lieu et place de Pcci.

 

Maintenant qu’il hume l’air de la liberté, quels sont les chantiers qui attendent ce militant engagé et dont la détermination est apparemment sans limite. Va-t-il prendre en compte sa situation de personne en liberté conditionnelle et se garder de mener des rassemblements dans les artères de Dakar qui peuvent troubler la tranquillité publique : motif qui pourrait le renvoyer en prison?  

Une chose est sûre : son combat pour la patrie est loin de connaitre son épilogue...

 

Dimanche 1 Septembre 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :