De la logique frelatée de Mody Niang (Assane Seck, enseignant à la Gueule-Tapée)


De la logique frelatée de Mody Niang (Assane Seck, enseignant à la Gueule-Tapée)
“S’il est coupable, il doit certainement être condamné” dixit  Mody Niang. Voilà la quintessence qui devrait être retenue du long brûlot publié sur votre site par Mody Niang qui se singularise depuis le début de l’alternance de 2012  par une opposition haineuse contre le régime en place tout en voulant se cacher derrière le manteau d’intellectuel non-partisan. Dans un texte-réquisitoire, il rappelle pêle-mêle les différents scandales de la république qui selon lui sont restés impunis pour conclure que  le procès de Khalifa Sall est par conséquent injuste. Au détour d’une petite phrase ensevelie dans une foule de mots pour qu’elle ne se fasse pas remarquer, il consent du  bout de sa plume que si le maire de Dakar est coupable, il doit être condamné. Ce donneur de leçon a comme logique scabreuse le raisonnement suivant: il y’a des voleurs qui ne sont pas devant la justice donc aucun voleur ne devrait être devant la justice. Un raisonnement à renverser Aristode, le père de la logique formelle!
Si Mody Niang est vraiment un militant de la lutte contre l’impunité il devrait plutôt  se désoler que les Dakarois aient été délestés de 1800 millions qui auraient  bien soulagé nos  écoles publiques délabrées ou amélioré le cadre de l’hôpital municipal Abass Ndao qui manque de tout. Et ensuite, Mody Niang devrait se battre pour que les autres détourneurs de deniers publics dans la nature rejoignent Khalifa Sall. Là, nous l’aurions pris au sérieux. En somme, Mody Niang est comme l’hygiène qui se cache sous la peau d’une chèvre, c’est un  politicien pur jus qui a choisi son camp, celui de l’opposition et du maire de Dakar, c’est son droit constitutionnel et il a le loisir de l’exercer comme bon lui semble  seulement qu’il l’assume et arrête de nous faire prendre les vessies pour des lanternes! Sa petite phrase embusquée est la seule qui vaille la peine d’être retenue dans le contexte du procès du maire de Dakar “s’il est coupable qu’il soit condamné”.  Je rajouterai: s’il n’est pas coupable qu’il rentre chez lui comme Macky Sall qui allât le même jour dormir dans son lit après sa convocation à la Division des Investigations  Criminelles en 2010. En  attendant, que  Mody Niang arrête de pontifier et qu’il s’assume comme le politicien qu’il est.

Assane Seck, enseignant à la Gueule-Tapée
Vendredi 15 Décembre 2017
Dakaractu




Dans la même rubrique :