DÉCOUVERTE DE RESSOURCES PÉTROLIÈRES ET GAZIÈRES AU SÉNÉGAL : Oxfam plaide pour la mise en place d’institutions fortes

Pour que les populations puissent bénéficier des ressources pétrolières et gazières découvertes au Sénégal, les contrats signés par les autorités étatiques avec les sociétés d’exploitation doivent être transparentes et sans équivoque. C’est la raison pour laquelle Oxfam plaide pour l’installation d’institutions très fortes.


DÉCOUVERTE DE RESSOURCES PÉTROLIÈRES ET GAZIÈRES AU SÉNÉGAL : Oxfam plaide pour la mise en place d’institutions fortes
L’ONG Oxfam a, lundi et mardi dernier, organisé un séminaire de formation sur les industries extractives à l’intention des membres du Réseau des journalistes pour la bonne gouvernance dans les ressources naturelles. Un séminaire de formation qui rentre dans le cadre du programme de transparence et dialogue multifactoriel pour une gouvernance des ressources profitables aux populations les plus pauvres.
A cette occasion, le responsable du programme de Gouvernance Oxfam a plaidé pour la mise en place d’institutions fortes. Ce afin de permettre aux populations de bénéficier des nouvelles découvertes pétrolières et gazières.
« Pour que les populations puissent bénéficier des ressources, il faut qu’il y ait des institutions fortes et un système de bonne gouvernance », a déclaré Elimane Kane.
Qui a constaté qu’au Sénégal, tout est encore concentré au niveau de l’institution présidentielle. C’est le ministère de l’Energie et Pétrosen qui font les contrats avant qu’ils ne soient finalisés par un décret présidentiel.
« Nous avons besoin d’institutions beaucoup plus ouvertes, inclusives qui donnent de la place aux autres acteurs », a indiqué M. Kane. Poursuivant son argumentaire, il recommande l’implication des parlementaires, des élus, de la société civile, entre autres, dans le processus de la prise des décisions.
« Autant on a des institutions qui sont ouvertes, autant on a des chances de transparence et de pouvoir avoir un débat dans lequel l’essentiel de la population sera impliqué », a soutenu le responsable du programme de Gouvernance à Oxfam.
Interpellé sur les contrats qui ont été signés par le Sénégal, Elimane Kane a rappelé qu’ils ne respectent pas l’ensemble des clauses de transparence. Ainsi, il pense qu’il y a un travail à faire dans ce sens.
« La publication systématique des contrats est un facteur pour éviter ce type de débat qui nous retarde. La loi l’exige. Le code pétrolier l’exige et le code de transparence l’exige de façon beaucoup plus péremptoire. Donc, si on joue le jeu de la transparence, on peut avoir un débat beaucoup plus apaisé », souligne- t-il.
Samedi 2 Décembre 2017
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :