DÉBAT ÉCONOMIQUE : Mamadou Lamine Diallo se demande si "Macky Sall aura le courage d’aborder les inconvénients du F CFA avec son homologue français Emmanuel Macron


Macky Sall aura t-il le courage d’aborder les inconvénients du F CFA avec son homologue français Emmanuel Macron ? c’est la question que pose le député de l’opposition, Mamadou Lamine Diallo dans sa chronique hebdomadaire. « le ministre Amadou Ba, désormais meilleur ministre des finances de l’Afrique, a déclaré que le Franc CFA avait plus d’avantages que d’inconvénients pour le Sénégal. Je l’ai interpellé plusieurs fois pour savoir quel s sont ces inconvénients. Il a toujours dégagé en touche comme il le fait pour les arriérés intérieurs dont l’évidence ne peut plus être niée », a rappelé le leader du mouvement Tekki.
Avant d’insister : « Si comme il le prétend, il y a des inconvénients, le Président Macky Sall devrait en discuter avec le Président Macron pour quatre raisons : Devenu académicien d’outrer mer
et reçu en grande pompe à l’X en France, il a la reconnaissance intellectuelle tant recherchée qui lui permet de distinguer les bons et les mauvais polytechniciens : le Président Hollande avait soutenu en 2012 à l’assemblée nationale du Sénégal qu’il était temps d’avoir une gestion plus flexible de la monnaie. Le Tchad est en ajustement structurel sous la dictée du FMI. La question a été déjà soulevée au Burkina lors de la dernière visite du Président Macron. »
Pour ce leader de la mouvance de l’opposition, sous le poids des arriérés intérieurs, et au moment où Amadou Ba s’apprête à lancer un emprunt de près de 600 milliards sur le marché international en dollars après l’autorisation obtenue au forceps lors du vote de la loi des finances 2018, ce débat sur les inconvénients du franc CFA soulevé pat le régime de Macky Sall doit être clarifié.
Fidèle à lui même, Mamadou Lamine Diallo est revenu sur le dossier des ressources naturelles. « Il y a des Sénégalais qui lorsqu’ils accèdent à des postes de responsabilité publique, directeurs nationaux, directeurs généraux de ministère, directeurs généraux d’entreprises publiques, ministres, etc, demandent la nationalité de puissances étrangères. la révélation a été faite par le Député Abdoulaye Makhtar Diop en séance plénière à l’assemblée nationale. ceux-là, pour ma part, sont des traitres à la nation et ne méritent aucune considération. »
Et d’en terminer : « Je suis heureux que le Premier ministre légal Boun Dionne m’ait interpellé lors de sa DPG de décembre 2017 sur la question. On peut jurer sur l’honneur devant l’assemblée nationale que nous avons exclusivement la nationalité sénégalaise, ce que j’ai fait en séance plénière devant le Président Moustapha Niasse le 11 décembre 2017. Cela doit concerner à mon avis pour commencer tous les ministres de souveraineté et stratégiques (Justice, Forces armées, Intérieur, Finance, pétrole, mines, éducation), les Présidents des Institutions et les membres de la conférence des présidents de l’assemblée nationale. Parallèle- ment, le conseil constitutionnel doit se doter des moyens de vérifier la véracité de ces déclarations sur l’honneur pour les pays de l’OCDE et notamment la France. L’arrivée du Président Macron doit être une occasion pour régler cette procédure. »
Mercredi 31 Janvier 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :
LE LAIT, TROP LAID ?

LE LAIT, TROP LAID ? - 24/05/2018