DÉBAT ÉCONOMIQUE : Macky Sall peut satisfaire les revendications des enseignants. (Mamadou Lamine Diallo)


Le leader du Mouvement est convaincu d’une chose : Macky Sall peut satisfaire les revendications des enseignants.
En effet, dit-il, « si la masse salariale est de 800 milliards selon Amadou Ba pour 135 000 agents, y compris les ASP, et hors fonds communs, alors un enseignant, chargé d’éduquer nos enfants, gagnerait, en moyenne trois fois moins que les autres fonctionnaires. » « Tout le monde sait sur le terrain que ce sont les chefs de village et les chefs de quartier de l’APR qui octroient les bourses familiales aux membres de leurs familles élargies. Il est temps que la Cour des Comptes audite la délégation chargée de gérer les bourses familiales », ajoute Mamadou Lamine Diallo dans sa Question hebdomadaire.
« En tout état de cause, un projet sérieux aurait consisté à accompagner 100 000 familles pour voir comment elles sortent de la pauvreté extrême et non s’aventurer sur 400 000 familles. Le programme ivoirien par exemple au départ tourne autour de 30 000 ménages.
Par conséquent, Macky Sall a de la marge pour payer les indemnités de logement des enseignants si on est d’accord que l’éducation est une priorité pour pouvoir recevoir demain les dividendes démographiques. Il lui suffit de réduire l’enveloppe soi-disant destinée aux bourses familiales.
Alors Monsieur le Président, faites du « compal » aux enseignants et aidez nos enfants dans les écoles publiques de la République », indique ensuite le député de l’opposition.
Mamadou Lamine Diallo a aussi tenu à démentir l’expression selon laquelle l’opposition fuit le débat économique et ne reconnait pas les réalisations du régime. « Il est vrai que pour l’élite de l’APR, la politique économique se résume à emprunter de l’argent pour faire ‘’des réalisations’’. Si c’était le cas, je ne vois pas la nécessité de créer des facultés d’enseignement de l’économie au Sénégal. Cette conception devient grave lorsque la rente pétrolière et gazière arrive. Il y a dans le monde des adeptes du jeu de Ponzi comme Madoff et tous ceux qui peuvent passer par la loi sur les offres spontanées pour proposer des deals au Président de la République et pré- tendre faire des réalisations dans le BTP, l’énergie, bref le capital technique. »
Et de conclure : « L’engagement tous azimuts dans les réalisations non planifiées, mal orientées économiquement, crée des déséquilibres qui, dans la zone franc, se traduisent par l’accumulation d’arriérés intérieurs et le chômage massif des jeunes. Le dernier exemple est le palais de Macky Sall à Diamnadio, demain Mackycity sans doute.
Macky Sall est à fin février 2018 à 500 milliards d’arriérés intérieurs y compris le secteur de l’énergie. Il va les payer de manière discrétionnaire dans les semaines à venir en ayant gagé nos revenus pétroliers et gaziers futurs. Le débat sur la gouvernance démocratique des ressources naturelles doit être engagé. »
Mercredi 21 Mars 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :