Cte Ziguinchor / Prime de motivation Covid-19 : L’administration sort les états de mai et juin, les agents réclament leurs 17.400.000f des mois de mars et avril.


Enfin la note est sortie. Mais il a fallu attendre que les agents de santé affectés au Cte haussent le ton, pour voir que le document des états soit porté à leur disposition. Une réaction incompréhensible de leur part. Pourtant, les états sont sortis et signés par les services du ministère de la Santé et de l’Action Sociale depuis le 23 du mois. Le directeur du centre hospitalier régional de Ziguinchor a attendu la réaction musclée des agents pour le sortir. Une réactivité qui intrigue, car beaucoup semblent dire qu’il a fallu cette sortie pour réagir. Une réaction qui est sur toutes les lèvres à Ziguinchor. Ce même 23 juillet, le conseil d’administration de l’hôpital s’était réuni.

L’autre point soulevé par les agents, c’est la prise en charge de cette décision ministérielle. C’est seulement les mois de mai et de juin qui sont pris en compte. La question c’est qu’en sera-t-il des mois de mars et avril ? Des interrogations auxquelles le directeur doit répondre. Sur cette question, les agents devraient se rencontrer ce mardi pour peaufiner l’approche à prendre.

Il faut rappeler que pour les mois de mai et juin, c’est 300.000f par agent. Ce qui fait un total de 17.400.000 francs Cfa. C’est la somme qu’ils vont recevoir. Maintenant ils demandent des comptes au directeur qui pour certains, s’emmure dans une rétention d’information. Il ne communique pas. Il met tout le monde devant le fait accompli et prend des décisions de façon unilatérale. Les agents sont décidés à aller jusqu’au bout et réclament le paiement sans condition et dans les plus bref délais des mois de mars et d’avril. Ce qui fait un gap de 17.400.000 francs à payer.

L’autre hic que les agents ont relevé, c’est la présence de hauts responsables sur la liste des 58 agents qui sont dans le centre et prennent en charge les malades. Et le plus ahurissant c’est la présence de son nom, Martial Coly Bop, directeur de la structure régionale de santé, du neurologue le docteur Djibril Kâ, du pharmacien en chef Ngor Diagne, du biologiste Youssouph Sambou, du pédiatre François Niokhor Diouf et du radiologue, le docteur Jules Sagna. « Tous ne sont pas au centre de traitement épidémiologique. Si leur présence est justifiée par les services qu’ils font, alors que les autres départements soient aussi intégrés », se désole un agent au Cte joint par Dakaractu... 
Mardi 28 Juillet 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :