Crise au Soleil : Yakham Mbaye et les syndicalistes s'expliquent et se réconcilient


 

C'est un gain de cause que le Directeur général du Soleil semble avoir obtenu face aux syndicalistes de l'entreprise qui l'ont accusé d'avoir licencié un agent pour délit d'éternuer, avant de courser la dose en pointant un détournement de deniers publics, des emplois fictifs, un abus de biens sociaux, le tout accompagné d'injures publiques. Hier, les accusateurs sont revenus sur la totalité de leurs accusations, entraînant du coup le retrait de plusieurs plaintes que Yakham Mbaye avait déposées auprès du Procureur de la République. Dans la foulée, les syndicalistes ont aussi entendu les éclairages de Yakham Mbaye et compris qu'il ne les a jamais accusés d'avoir participé à un détournement de deniers publics. Nous vous proposons in extenso le communiqué en question.
 
Le 19 avril 2020, dans un communiqué le Synpics-Soleil déplorait vigoureusement le licenciement de Madame Croquette née Fatou Sall Ly, agent de la SSPP Le Soleil, au motif de "délit d'éternuer".
Ce qui avait contraint le Directeur général à porter plainte pour diffusion de fausses nouvelles et diffamation, car soutenant avoir licencié l'agent pour "insubordination et défiance au Directeur général, constitutives de fautes lourdes".
Le 23 avril 2020, suite à un entretien que le Directeur général de la SSPP Le Soleil a accordé au journal WalfQuotidien et dans lequel il semblait accuser les agents de l'entreprise de détournement de deniers publics dans le cadre du paiement du Fonds Commun ou Prime de Performance, le Synpics et le Stls avaient réagi au moyen d'un communiqué conjoint. Par ce biais, ils annonçaient leur intention de porter plainte contre le Directeur général de la SSPP Le Soleil, en visant les délits de malversations financières, abus de bien sociaux, détournements de deniers publics, emplois fictifs. À cette sortie, le Directeur général opposait quatre autres plaintes pour diffusion de fausses nouvelles, injures publiques et diffamation.
Suite à ces événements malheureux et attentoires à la bonne réputation de la SSPP Le Soleil, un Comité de Médiation constitué d'anciens et actuels responsables de l'entreprise et d'autorités syndicales nationales a œuvré sans relâche à rapprocher les deux parties pour éviter l'escalade. Sans désemparer, il a allié dialogue et confrontation des argumentaires des deux parties qui lui a permis d'attester ce qui suit :
d'une part, les syndicalistes s'accordent sur le fait que les accusations de délits d'éternuer, de détournements de deniers publics, d'emplois fictifs, d'abus de biens sociaux sont infondés en ce sens qu'aucune preuve matérielle, documents ou témoignages, ne les étaye ;
d'autre part, le Directeur général nie vigoureusement avoir accusé les agents de la SSPP Le Soleil du délit de détournement de deniers publics. Au contraire, il a tenu à préciser dans ses propos que les agents et syndicalistes de la SSPP Le Soleil ignorait les tenants et les aboutissants de la procédure ayant conduit au paiement de cette prime. Mieux, il renvoie à la teneur de son interview dans laquelle il cite en usant des guillemets l'argumentaire du Commissaire aux Comptes, qui a soutenu dans deux rapports et en réunions du Conseil d'administration, que la manière dont a été payée cette Prime de Performance relève d'une faute de gestion et d'un détournement de deniers publics du fait de la Direction générale, ordonnatrice des dépenses. Ainsi, dans son entendement, les agents du Soleil dont les syndicalistes ne pouvaient en aucun cas être acteurs ou complices d'un détournement de deniers publics pour la bonne et simple raison qu'ils étaient tous convaincus que les paiements procédaient des recettes publicitaires propres de l'entreprise et avaient respecté toutes les normes de la procédure édictées par l'Accord d'entreprise.
Fort de ce qui précède, le Comité de Médiation a obtenu des deux parties qu'elles renoncent à toutes poursuites et retirent tous les propos constitutifs, au regard des uns et des autres, d'injures publiques et de diffamation, renoncent à toutes procédures judiciaires et se retrouvent dans les meilleurs délais pour rebâtir le partenariat social qui leur a permis, ces deux dernières années, de surmonter des contentieux sociaux et d'enregistrer des avancées sociales jamais enregistrées jusqu'à ce jour, pour le plus grand bénéfice de la SSPP Le Soleil.
 
Ont signé :
Cheikh Aliou Amath, Président du Comité de Médiation, retraité de la SSPP Le Soleil.
Cheikh Ahmadou Bamba Kassé, Sg Synpics.
Mody Guiro, Sg Cnts.
Cheikh Diop, Sg Cnts-Fc.
Daouda Mané, Directeur des Rédactions de la SSPP Le Soleil.
Sidy Diop, Directeur adjoint des Rédactions de la SSPP Le Soleil.
Malick Ciss, Rédacteur en Chef du Soleil.
Ibrahima Mbodji, Conseiller spécial du Directeur général.
Babacar Khalifa Ndiaye, retraité.
Chérif Thiam, Directeur de l'Informatique de la SSPP Le Soleil.
Amadou Gaye Ndiaye, Directeur de l'Administration générale.
Mame Magamou Niang, Délégué du Personnel.
Alioune Badara Ndiaye, Directeur de la Publicité.
Mamadou Diouf, Directeur de l'Imprimerie.
Matar Niang, retraité.
Mercredi 6 Mai 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :