Création d’officine de pharmacie : Le CODIPHARM dénonce la gestion du dossier par le ministre


 Le collectif pour la défense des intérêts de la profession pharmaceutique (CODIPHARM) en conférence de presse, ce jeudi 06 mai 2021, a déploré la situation des doctorants en pharmacie qui sont au chômage. Il pointe d'ailleurs un doigt accusateur en direction du ministre de la Santé qui voudrait faire signer un projet de décret qui va accentuer le taux de chômage des pharmaciens.  
 « Le collectif pour la défense des intérêts de la profession pharmaceutique, demande au président de la République de ne pas signer le projet de décret discriminatoire qui va rendre les médicaments encore plus inaccessibles en durcissant les conditions d’ouverture. Le seul objectif de ce projet de décret est l’élimination des jeunes de la course vers l’installation », révèlent les pharmaciens.
 Ces derniers qui sont au nombre de 2. 500 attendent l’autorisation pour ouvrir une pharmacie. Selon le texte préliminaire, «  depuis 2018, il n'y a aucune possibilité d'ouverture d'officine de pharmacie pour les jeunes pharmaciens. Ce qui oblige les pharmaciens diplômés à s'exiler vers des pays tels que la Mauritanie, le Gabon, Djibouti, ... »
 
C’est pourquoi, le collectif pour la défense des intérêts de la profession pharmaceutique (CODIPHARM) exige l'application du décret 2007-1457 du 03 décembre 2007 afin de faciliter l'accessibilité des médicaments aux populations. En lieu et place de l'application de ce décret, le ministre de la Santé prend des arrêtés en parfaite violation de ce dernier
 
 
 
Dans le document parvenu à la rédaction de Dakaractu, ‘’CODIPHARM’’ mentionne quatre points majeurs. Il s’agit de "l'ouverture sans délais des dépôts pour les pharmaciens désireux de détenir ces officines de pharmacie, fermés depuis trois ans ; l'application effective du décret 2007-1457 qui autorise la création d'une officine de pharmacie pour toute population de 5.000 habitants ; la suppression de la commission d’études de dossiers mise en place par le ministre de la Santé de façon illégale ; la possibilité de prospection par le pharmacien lui-même, en vue de vérifier le respect des critères et de distance.
 
 
 
Sans quoi, les pharmaciens déterminés à aller jusqu’au bout de leur logique, annoncent un sit-in au ministère de la Santé et une marche nationale après la Korité. Au-delà de cette marche nationale dont la date est à l’étude, il y aura des marches qui seront organisées dans les régions.
Jeudi 6 Mai 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :