Covid-19 : « la priorité numéro un des pays africains est de stimuler la production d'oxygène »’ (Oms)


L’Organisation mondiale de la Santé (Oms) tire la sonnette d’alarme sur l’augmentation vertigineuse de cas d’admissions de la Covid-19, à l'hôpital, dans une dizaine de pays. Et au moins, selon elle, cinq pays, dont l'Afrique du Sud, la Namibie et la Zambie, sont confrontés à une pénurie de lits de soins intensifs. Une situation dressée par la directrice régionale de l’Oms/Afrique, le Dr Matshidiso Moeti. Cette dernière, face à la forte contamination de la maladie à coronavirus et l’émergence de nouveaux variants dangereux du virus de la Covid, a pointé du doigt la disponibilité et l’accessibilité de l’oxygène. « « La priorité numéro un des pays africains est de stimuler la production d'oxygène afin de donner une chance aux patients gravement malades. Un traitement efficace est la dernière ligne de défense contre la Covid-19. Et elle ne doit pas s’effondrer », a déclaré le Dr Moeti. Citant une enquête de l'Oms, à laquelle 30 pays africains ont répondu, elle rappelle que « seuls 18 d'entre eux ont inclus les corticostéroïdes dans leurs directives nationales de traitement, comme le recommande l'Oms.  Neuf pays ont inclus des médicaments qui ne sont pas recommandés dans le traitement de la Covid-19 comme l'hydroxy chloroquine ».
Pour une meilleure prise en charge des malades, l’Oms a donné des orientations. Pour preuve, « la semaine dernière, l'Oms a recommandé l'utilisation d'anticorps monoclonaux dans le traitement des cas graves de Covid-19 ». Seulement, il se pose le problème d’accessibilité du prix de ces anticorps dont le coût, par malade, est de 1 109 000 F CFA. « Pour l'instant, cette thérapie salvatrice est largement hors de portée des populations africaines. Car, elle coûte environ 2 000 dollars par patient ». D’où son plaidoyer « pour que des génériques soient rapidement produits afin de rendre ces produits plus abordables ».
Cette thérapie salvatrice qui coûte 1 109 000 F Cfa, par malade
À propos des vaccins contre la Covid-19, le Dr Moeti, directrice régionale de l’Oms/Afrique, a indiqué que « le rythme de déploiement (qui) stagne à environ 3 millions de doses par semaine ». Mais elle a également relevé le caractère infime du nombre d’Africains ayant été vaccinés contre la Covid-19. « Jusqu'à présent, 53 millions de doses ont été administrées et 18 millions d'Africains sont désormais totalement vaccinés. Il est clair que ce chiffre doit être augmenté de toute urgence et nous comptons sur ces accords de partage pour éviter que davantage de personnes tombent gravement malades ou meurent à cause de la Covid-19 ».
 
 
 
Annonce est d’ailleurs faite de « la livraison imminente de doses, en provenance des États-Unis et de certains pays d'Europe, par l'intermédiaire de Covax », par le Dr Moeti qui dit attendre, avec ses collaborateurs du bureau régional de l’Oms Afrique, « à ce que les approvisionnements de Covax commencent à s'accélérer dans la dernière partie de ce troisième trimestre ».
Invite est aussi faite à « tout le monde, partout, d’adhérer aux mesures préventives par le port de masque, le lavage des mains et la distanciation physique afin d'arrêter la propagation de ce virus », par la directrice régionale.
Il faut rappeler que la question de disponibilité et d’accessibilité de l’oxygène dans les structures de santé au Sénégal est, aujourd’hui, au cœur des préoccupations de Path. Une rencontre avec l’Association des journalistes en santé, population et développement (Ajspd) pour voir comment promouvoir la priorisation d’une ligne de financement pour une disponibilité de ce gaz, source de vie, a été tenue, la semaine dernière.
 
Vendredi 16 Juillet 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :