Covid-19 : Quand le ministre de l’Intérieur Espagnol défend les émigrés irréguliers accusés d’être des facteurs de propagation.


La récente ruée de candidats à l’émigration clandestine vers l’Espagne coïncidant avec l’arrivée de la seconde vague de contamination en Europe, a poussé certains citoyens à soupçonner ceux-ci d’être des vecteurs de la maladie à coronavirus.

Le ministre de l’Intérieur Espagnol, Fernando Grande-Marlaska a défendu les immigrés qui arrivent en Espagne par voie maritime, pour dire qu’ils sont ‘’le groupe le plus sûr’’ en termes de coronavirus. Une situation qu’il explique par le fait que ‘’tous ces immigrés subissent le test de diagnostic moléculaire mettant en évidence la contraction d'un virus par une personne appelé Pcr. Et que tous ceux dont le test est positif sont mis en quarantaine, a révélé le site ‘’Abc Espagne’’.

Lequel a indiqué que ledit ministre a insisté sur le fait que les transferts vers d'autres zones de la péninsule pour lesquelles une autorisation a été donnée sont des cas "très sporadiques" qui affectent des personnes "susceptibles de bénéficier d'une protection internationale".
 
M. Marlaska, selon ledit site d’information a été ce vendredi à Saint-Sébastien (une ville du Nord de l'Espagne), pour rendre compte du projet de la nouvelle prison de Guipúzcoa, a évoqué ainsi les récents mouvements d'immigrants des îles Canaries vers la péninsule. Une "urgence qui, selon lui, trouve son origine dans les problèmes socio-économiques causés par le coronavirus dans leurs pays d'origine. "Cela a été un élément déterminant, toutes les personnes" qui entrent en Espagne par voie maritime, que ce soit par les îles Canaries ou le détroit, "sont soumises à un RAP". Ceux dont le test est positif et leurs contacts sont mis en quarantaine.
 
 "Tout, pour garantir la santé de ceux qui viennent et de ceux d'entre nous qui sont ici", a-t-il souligné. En ce sens, il a veillé à ce que ce soit le groupe d'immigrants en situation irrégulière ‘’qui donne plus de sécurité, aujourd'hui’’ en termes épidémiologiques.
 
Le ministre de l'Intérieur a dénoncé, à son tour, que ‘’de certaines régions’’, il est prévu de lier l'immigré ‘’à la pandémie (…). J'appelle cela de la xénophobie’’, a dit Marlaska. Concernant les transferts vers la péninsule, ce dernier a souligné qu'ils sont ‘’sporadiques’’ et qu'ils ne concernent que des personnes ‘’vulnérables’’ et ‘’susceptibles de bénéficier d'une protection internationale. (…). Il n'y a pas de transfert vers la péninsule dans les conditions qui sont indiquées. Le nombre est très limité’’, a-t-il déclaré...
Dimanche 13 Décembre 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :