Covid-19 : La France et l’Espagne soupçonnent l’existence d’un réseau de falsification de tests PCR à grande échelle.


Les autorités étatiques d’Espagne et de France sont sur le qui-vive après la découverte de faux tests PCR. La découverte a été faite dans un bus de voyageurs intercepté par les autorités Françaises à la barrière de péage du Boulou, dans les Pyrénées Orientales. C’était à l'occasion d'un contrôle de routine, ce vendredi 26 mars, près de la frontière Espagnole alors que le véhicule était à destination de la Roumanie. Les passagers avaient présenté de faux tests PCR afin de pouvoir traverser le territoire. Une situation qui a poussé les autorités Espagnoles et Françaises à ouvrir une enquête sur un possible réseau de falsification de tests PCR à grande échelle.

 

Nos confrères de La Dépêche qui dont donné l’information renseignent que lesdits agents de police ont découvert le pot aux roses au moment où ils procédaient à la vérification des attestations des tests PCR des voyageurs. Et cela, conformément à l’obligation faite à toute personne de présenter un test PCR négatif à la Covid-19 pour entrer sur le territoire français. Dans l’article repris par Dakaractu, il est mentionné que les policiers ont découvert au cours de ce contrôle de routine, que les 31 passagers et les 2 conducteurs présents dans le bus, tous de nationalité roumaine, détenaient de faux tests PCR.

 

Suite à cette découverte, les passagers présents dans le bus ont été convoqués en audition libre. Les chauffeurs, quant à eux, ont été placés en garde à vue à Perpignan, renseignent nos confrères de France Bleu, cités par La Dépêche. Celle-ci a indiqué que les autorités françaises ont communiqué les informations de ce dossier à la police espagnole qui s'intéresse de près à cette affaire.

 

Il a été d’ailleurs, découvert, selon la même source que ‘’les faux tests PCR présentés par les voyageurs auraient été réalisés par plusieurs laboratoires espagnols. La police nationale espagnole enquête activement sur l'existence d'un réseau de falsification de tests PCR à grande échelle. Elle suspecte de faux laboratoires de vendre de fausses attestations fabriquées à partir de vrais résultats de tests récupérés dans des laboratoires détenant de réelles références administratives.

 

Ce trafic semble s'être fortement développé en Espagne, où le prix du dépistage au Covid-19 est élevé : le test, qu'il soit PCR ou antigénique, s'élève à plusieurs centaines d'euros (plus de 130 000 F Cfa). La vente de fausses attestations, dont le prix avoisine les cinquante euros (32 600 F Cfa) représente donc une source d'inquiétude importante pour les autorités espagnoles.

Mardi 30 Mars 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :