Covid-19 : L’Oms inquiète face à l’assouplissement des restrictions, la lassitude de la population et la circulation des variants.


Covid-19 : L’Oms inquiète face à l’assouplissement des restrictions, la lassitude de la population et la circulation des variants.
L’Organisation mondiale de la Santé (Oms) continue de tirer la sonnette d’alarme face à la situation actuelle de la pandémie qui fait que ‘’plus de 4 millions de cas de Covid-19 ont maintenant été signalés sur le continent africain avec trois mille (3 000) nouveaux cas dans la dernière semaine et cent huit mille (108 000) vies tristement perdues’’. Et rien qu’au cours du mois dernier, les nouveaux cas ont diminué de 41% par rapport au mois précédent, mais il y a une tendance à la hausse dans environ 12 pays, y compris le Botswana, le Cameroun, l'Ethiopie, le Kenya et la Guinée où Ebola est également en cours’’, a annoncé le Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’Oms pour l’Afrique. 

À l'Oms, ses collaboratrices et elle, prévoient que ‘’plusieurs pays sont susceptibles de connaître une troisième vague dans les semaines à venir, les communautés assouplissent les restrictions, et il y a une lassitude de la population en partie dans l'adhésion aux mesures de santé publique et les gens vont bientôt voyager et rendre visite à leur famille pour les vacances de Pâques dans de nombreux pays. Et certains pays ont des élections à venir, avec un potentiel de rassemblement de masse et aussi des variantes qui circulent, semblent être plus transmissibles’’, a-t-elle indiqué au cours d’une conférence de presse virtuelle organisée ce jeudi 18 mars 2021.

L’autorité régionale de la santé, prenant part à cette rencontre, a révélé le nombre de vaccins livrés à ce jour. ‘’La vaccination est la voie la plus rapide vers le rétablissement social et économique de cette pandémie. Avec l’Initiative Covax, plus de 60 millions de doses ont été livrées à 27 pays africains. Ce chiffre s'ajoute aux plus de neuf millions (9 000 000) de doses fournies dans le cadre d'accords bilatéraux et de dons, soit environ 7 milliards de doses. 30 pays africains n'ont pas commencé à vacciner les travailleurs de santé de première ligne et d'autres groupes prioritaires. Ainsi, bien que les vaccins soient reçus tardivement et en quantité limitée, beaucoup de chemin a déjà été parcouru en peu de temps. Cela est dû au temps et aux efforts investis dans la planification et la préparation, à la grande expérience des continents en matière de campagne de vaccination de masse et à la détermination des dirigeants et des communautés à lutter efficacement contre la Covid-19’’.

Les chiffres de la Campagne de vaccination en Afrique

Le Ghana a été cité en exemple dans le continent. Pour cause, dans ce pays, ‘’plus de quatre cent vingt mille (420 000) personnes ont été vaccinées en seulement deux semaines, ce qui couvre plus de 60 % de la population ciblée en premier lieu dans la région qui a été fortement touchée par l'épidémie. C'est mieux que certains pays, qui ont accès aux vaccins depuis plusieurs mois. Ainsi, alors que le déploiement se déroule bien et que nous prévoyons que tous les pays africains recevront leurs premières livraisons d'ici la fin du mois de mars, certains pays ont déjà utilisé les doses de leurs premières livraisons. Les réseaux d'approvisionnement travaillent d'arrache-pied pour confirmer les prochaines livraisons afin de continuer à étendre la couverture’’. 

En outre, prévient le Dr Moeti, ‘’l'Oms et ses partenaires soutiennent les pays dans leur micro-planification détaillée et organisent des exercices de simulation pour lutter contre les rumeurs et les fausses informations, mobilisent les communautés pour pré-lister et enregistrer les populations prioritaires et renforcent la chaîne du froid et les capacités logistiques jusqu'au niveau provincial. Tout au long de cette pandémie, les pays africains ont dû faire face à d'énormes difficultés pour obtenir des produits essentiels tels que des kits de test, des équipements de protection individuelle et des vaccins, en raison des perturbations de la chaîne d'approvisionnement mondiale et même des interdictions d'exportation imposées par les pays qui fabriquent ces produits’’.
Jeudi 18 Mars 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :