Covid-19 : L’Oms évoque le risque accru de réinfection face à l’arrivée du variant Omicron.


Le variant Omicron présente un nombre élevé de mutations. À ce jour, ce sont 32 mutations qui ont été relevées en tout. Ce qui a fait dire à l’Organisation mondiale de la santé (Oms) que ce variant détient un nombre de mutations beaucoup plus important que celui qu’on trouvait sur les autres variants. Ladite organisation mondiale a profité d’une conférence de presse virtuelle pour sonner l’urgence. Un signal d’alarme pour pousser les autorités sanitaires, politiques et surtout les populations à plus de rigueur dans le respect des mesures barrières. Encore que, selon le Dr Abdou Salam Guèye, Directeur régional pour les urgences sanitaires au Bureau de l’Oms pour l’Afrique, les résultats des recherches entreprises sur le terrain font craindre. 
 
‘’Des données préliminaires suggèrent un risque accru de réinfection par rapport à d’autres variants préoccupants. Les chercheurs et scientifiques en Afrique du Sud et dans la Région africaine intensifient leurs recherches pour comprendre la transmissibilité, la gravité et l’impact du variant Omicron sur les vaccins, les produits de diagnostic et les traitements disponibles, et pour déterminer si ce variant alimente la dernière flambée d’infections par la Covid-19’’.
 
Faisant la situation de la maladie, dans le continent noir, l’Oms a fait part de l’enregistrement en Afrique australe d’une recrudescence du nombre de cas, principalement en Afrique du Sud. Au cours de la semaine se terminant le 30 novembre, l’Afrique du Sud a signalé une hausse de 311 % du nombre de nouveaux cas par rapport aux sept jours précédents. Le nombre de cas dans le Gauteng, la province la plus peuplée du pays, était en hausse de 375 % d’une semaine sur l’autre. Les hospitalisations ont augmenté de 4,2 % au cours des sept derniers jours par rapport aux sept jours précédents. Dans la même province, les décès liés à la Covid-19 ont grimpé de 28,6 % par rapport aux sept jours précédents’’.
 
Il faut noter qu’il y a eu une note d’espoir. Pour preuve, l’Oms, dans le communiqué de presse produit à l’issue de cette rencontre virtuelle hebdomadaire, a précisé qu'au moment où ‘’le nombre de nouveaux cas de Covid-19 est en progression en Afrique australe, l’incidence de la pandémie a plutôt diminué dans toutes les autres sous-régions au cours de la semaine écoulée par rapport à la semaine précédente’’.
 
Une situation qui a poussé les autorités de cette organisation mondiale à appeler les pays à séquencer entre 75 et 150 échantillons par semaine. Et ce, dans le cadre de sa collaboration avec les gouvernements africains en vue d’accélérer les études et de renforcer la riposte au nouveau variant...
Jeudi 2 Décembre 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :