Covid-19/Khossanto : « l'aide ne couvrira qu’un quart de nos besoins... Les orpailleurs méritent une attention particulière » (Mamady Cissokho, Maire)


Covid-19/Khossanto : « l'aide ne couvrira qu’un quart de nos besoins... Les orpailleurs méritent une attention particulière » (Mamady Cissokho, Maire)
Le quota des ménages bénéficiaires de l’aide alimentaire liée aux effets de la pandémie du COVID-19, pour la commune de Khossanto, département de Saraya, région de Kédougou, est de 239 au total. Parmi ces ménages, 208 sont inscrits au registre national unique et 31 ménages sont déclarés « ménages vulnérables au Covid-19 ». Seulement voilà, « depuis la fermeture des sites d'orpaillage, tous les ménages de Khossanto sont devenus vulnérables au Covid-19 », a souligné le maire de la commune, M. Mamady Cissokho. Ainsi, selon lui, « l'aide que nous allons recevoir, ne couvrira que 1/4 de nos besoins ». « En effet, ajoutera-t-il, rien que dans le village de Khossanto, nous avons 386 ménages qui dépendaient tous de l'orpaillage traditionnel. Nous avons 11 villages, avec plus de 1000 ménages et des centaines d'étrangers, qui vivent ici certains depuis des années ». Ainsi, pour combler le gap, la commune peut compter sur la Sabodala Gold Opérations, (SGO) « qui va nous donner 20 tonnes de riz. Et les ressources de la commune seront aussi mises à contribution », a dit l'édile de la commune. À cet effet, il a injecté plus de 5 000 000 F CFA dans l'achat de vivres. Des vivres composés de riz, d'huile et de sucre. Cependant, M. Mamady Cissokho, invite l'État, le comité régional de lutte contre la pandémie et le comité départemental de Saraya, « à tenir en compte les milliers de familles toutes devenues vulnérables avec la fermeture par l'État des sites d'orpaillage. Ce sont des milliers de familles qui n'ont plus de revenus et plus longtemps durera l'état d'urgence, plus difficile sera leur condition de vie. Les orpailleurs méritent une attention particulière. J'attire l'attention du chef de l'État, M. Macky Sall, sur cette situation, que nos communes ne peuvent nullement gérer, si la situation perdure », a dit M. Cissokho.
Samedi 18 Avril 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :