Covid-19 : Ce que révèlent les résultats de deux récentes enquêtes de l’Oms (Dr Moeti, la directrice régionale)

Pour mieux faire face aux pandémies et autres épidémies, dans le monde, l’Organisation mondiale de la Santé (Oms) a tenté d’évaluer les méfaits de la Covid-19. Deux enquêtes ont dès lors été initiées en juillet 2020 dans la plupart des pays, puis entre janvier et mars 2021. Le Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’Oms pour l’Afrique, prenant part, récemment, à une conférence de presse virtuelle, dévoile quelques conclusions de ces enquêtes.


‘’Aujourd'hui, nous nous penchons sur le risque de résurgence des cas de Covid-19 en Afrique et sur les résultats d'une récente enquête mondiale de l'Oms montrant qu'un an après le début de la pandémie, les services de santé essentiels sont toujours fortement perturbés dans de nombreux pays. Pour suivre ces défis et les stratégies d'atténuation, l'Oms a mené deux enquêtes, d'abord au mois de juillet 2020, au milieu des fermetures dans la plupart des pays, puis entre janvier et mars 2021. Cette année, alors que de nombreux pays assouplissaient les restrictions, les résultats d'une enquête récente montrent que sur les 40 pays africains ayant répondu, 95 % signalent encore des perturbations des services essentiels’’. 
 
Ces derniers chiffres montrent, selon elle, que ‘’les perturbations persistent même dans les pays qui ont ouvert leurs portes après les restrictions. Ces perturbations touchent tous les domaines de services et plus particulièrement ceux de la santé mentale, de la vaccination et des maladies chroniques comme, entre autres, le diabète, l'hypertension. Les interventions critiques et chirurgicales d'urgence ont été affectées dans 31 % des pays. Les systèmes de santé souffrent d'une pénurie de main-d'œuvre, exacerbée par la réaffectation de nombreux personnels pour assurer les secours et l'impact des infections Covid-19 parmi les travailleurs de la santé. La plupart des pays ont mis en place les politiques recommandées par l'Oms pour maintenir les services de santé essentiels et la moitié d'entre eux ont alloué des fonds pour soutenir ce travail’’, a déclaré le Dr Moeti.
 
‘’L'épidémie a tendance à augmenter dans 13 pays’’
 
La situation de la maladie dans la région africaine, n’a pas été laissé en rade. ‘’Nous avons maintenant plus de 4,5 millions de cas de covid-19 et 120 000 décès sur le continent africain. Dans l'ensemble, on observe toujours un plateau avec une légère remontée, mais l'épidémie a tendance à augmenter dans 13 pays. Nous ne pouvons pas être bercés d'un faux sentiment de sécurité’’, a-t-elle ajouté. Ce, en signalant que ‘’la poussée dévastatrice des cas et des décès en Inde et les augmentations dans d'autres régions du monde sont des signes clairs du risque de résurgence dans les pays africains. Donc, ce n’est maintenant pas le moment de baisser la garde. J'exhorte les pays africains à maintenir un niveau de préparation élevé, en veillant à ce que des capacités solides de surveillance, de soins cliniques, de chaîne d'approvisionnement et de communication soient en place. Nous savons qu'en temps de crise, il est souvent difficile pour les gens d'accéder à des services essentiels tels que les accouchements, la prévention et les soins pour les maladies infectieuses et chroniques’’. 
 
Relativement aux problèmes de consommables nécessaires pour une prise en charge adéquate de la maladie, le Dr Moeti a fait état de ‘’perturbations dues à l'insuffisance d'équipements de protection individuelle et d'autres produits de santé (qui) ont également diminué de manière substantielle. Mais, nous devons faire plus. Les travailleurs de la santé ont besoin de soutien étant donné leur rôle central et nous devons intensifier l'engagement de la communauté pour rétablir la confiance dans les services de santé’’.
Dimanche 2 Mai 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :