Covid-19 : « Il n’y a donc pas lieu de s'inquiéter pour le moment sur le diagnostic de cette nouvelle variante » (Pr Francisca Mutapi, biologiste)


La biologiste Zimbabwéenne, Dr Francisca Mutapi, a apporté des éléments sur cette nouvelle variante de la Covid détectée en Afrique de l’Ouest, Australe et Centrale. Une explication qu’elle a apportée à la suite de la déclaration du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l'Oms pour l'Afrique. Laquelle portant sur l’apparition de variantes du virus de Covid-19 au fil du temps. 
 
‘’Une variante a été identifiée dans le sud. Elle est devenue la variante dominante en Afrique du Sud. Elle a été signalé au Botswana, en Zambie et en Gambie, mais dans le monde, il a été signalé dans environ 20 pays.  Donc ailleurs, cela a été signalé en Europe, en Asie, en Amérique du Nord et en Australie. Cette variante présente plusieurs mutations.  La plupart d'entre elles sont contenues dans ce que l'on appelle la protéine de pointe. Elle est importante, car c'est une protéine à la surface du virus. Donc, sans cette protéine, le virus ne pourrait pas infecter les cellules humaines’’, a précisé la dame. Professeure en santé mondiale, infection et immunité de l'Université d'Édimbourg (Royaume-Uni), elle rassure les populations.
 
‘’Alors évidemment les questions qui intéresseront la plupart des gens, en terme de Santé publique portent sur l'impact de cette nouvelle variante en terme de diagnostic infectieux thérapeutiques et à l'efficacité des vaccins.  Donc, des recherches sont actuellement en cours pour tenter de déterminer l'impact sur cela. Et nous l'avons examiné à partir de plusieurs mutations qui varient en Afrique du Sud. Et jusqu'à présent, ce que nous savons en terme de transmission, sur la mutation également de la protéine de pointe devrait augmenter la liaison du virus à la réception humaine permettant un accès plus facile et donc une transmission’’. 
 
Parlant toujours de cette mutation, le Pr Mutapi indique qu’elle est ‘’associée à une plus grande transmissibilité’’. Elle confirme les propos du Dr Moeti qui, relevait l’absence de preuve de la sévérité de cette variante. ‘’Il n'y a toujours aucune preuve solide de sévérité de l'effet de la maladie cette mutation n'est pas unique à la variance qui a été observée en Afrique du Sud.  Il est également présent dans la variante à diffusion rapide au Royaume-Uni.  En terme  de diagnostic par PCR, à ce jour, aucune des mutations de la variance que nous avons observées dans la variante sud-africaine n'a été signalée comme interférant avec le diagnostic par PCR.  Il n’y a donc pas lieu de s'inquiéter pour le moment sur le diagnostic de cette variante en terme d'immunité naturelle et de caractéristiques d'origine immunitaire telles que les anticorps monoclonaux’’.
 
Alors qu’il est attendu la disponibilité prochaine des vaccins contre la Covid-19, elle relève la nécessité ‘’de miser sur la reconnaissance du virus par les anticorps. Et ce, malgré les protéines. Mais, encore une fois, il n'y a eu aucune preuve concluante que cela puisse affecter l'efficacité du vaccin. Comme pour toutes les variantes, cela nécessite une surveillance continue. Les cas de Covid-19 et les décès en Afrique sont en augmentation. Il est très important que nous continuions à augmenter la capacité de séquençage en Afrique afin que nous puissions en savoir beaucoup plus sur les variantes qui circulent sur le continent dans son ensemble’’.
Jeudi 14 Janvier 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :