Couverture médiatique alarmiste de la Covid : La CAP « rectifie » Macky Sall et règle ses comptes


Le Chef de l’État Macky Sall lors du Conseil présidentiel sur la pandémie du coronavirus a invité les médias à un traitement moins alarmiste de la maladie. « Il ne sert à rien de noircir le tableau », a dit le Président à l’endroit de la presse. Une sortie qui a surpris la coordination des associations de presse (CAP) qui, dans un communiqué, dit « préférer croire qu’il s’est trompé de presse ou de pays. » En effet, indique la CAP, depuis le début de la pandémie, les médias 
se sont imposés un mot d’ordre allant même jusqu’à s’appliquer l’autocensure juste pour jouer sa partition dans « l’effort de guerre ».
Des efforts, selon la source, qui ont été reconnus et soulignés par le ministre de la Santé et le corps médical. « Au-delà de notre rôle d’informer juste et vrai, toutes les entités de la presse ont fait plus de la communication et de la sensibilisation. Nous attendions autre chose de vous mais pas ce reproche », lit-on dans la note. Surtout que, « la presse n'invente pas le nombre de contaminés ou de morts. Elle s’en tient juste aux déclarations des autorités du ministère de la Santé qui sont diffusées en direct régulièrement sur toutes les chaînes, radios et sites sans contrepartie ».
Presse à l’agonie
La Coordination en a profité pour régler ses comptes et revenir sur les derniers événements qui ont bouleversé le monde des médias.  En effet, rappelle t’elle, malgré tous ces efforts, la presse est encore royalement ignorée dans la distribution des fonds de la force Covid19. « Les charges d’exploitation sont restées et ont même triplé pour certaines entreprises alors que les recettes ont fondu comme du beurre au soleil. Dans cette lutte contre la Covid19, la presse est aussi engagée que les autres. Elle est le troisième chaînon après le personnel médical et les forces de sécurité ».
  « Nous nous sommes engagés dans cet élan patriotique et salutaire sans tenir compte du mépris et des brimades de votre gouvernement. Les locaux du journal « Les Échos» ont été saccagés et jusque-là aucun ministre n’a effectué le déplacement sur place.  Depuis plus de six ans, notre maison de la presse est confisquée sans possibilité de concertations ou de dialogue pour trouver une solution. Pire encore, toutes les initiatives de reformes consolidantes de notre secteur sont bloquées, sabotées ou retardées. Depuis trois ans, le Code de la presse est en mode stand-by parce que l’Etat ne trouve aucun intérêt à adopter et faire voter les textes d’application. La loi sur la publicité est devenue une chimère pendant ce temps nous les acteurs avons consenti pour une nouvelle Convention collective dont son application pourrait hypothéquer la survie de beaucoup d’entreprises de presse » a-t-elle alerté
Il peut y avoir des failles dans la couverture médiatique de la Covid19, fera savoir enfin la CAP, parce que toute œuvre humaine est perfectible, « mais il est tout aussi important que la première institution de ce pays accorde plus d’égard à un secteur qui est l’agonie », conclut-elle.
 
 
Vendredi 7 Août 2020
Dakar actu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :