Coups et blessures volontaires : M. Thiam « corrige » sa grande sœur pour avoir débranché le chargeur de son téléphone et prend 6 mois.

Frère et sœur de mêmes parents, M. Thiam et C. Thiam ont vidé leurs embrouilles devant le juge du tribunal d’instance de Dakar. En effet, le premier nommé prévenu pour le délit de coups et blessures volontaires, la vingtaine, est le cadet de la plaignante qui l’a traduit devant la juridiction pour répondre de son acte ayant valu à sa grande sœur une incapacité temporaire de travail de 5 jours.


Coups et blessures volontaires : M. Thiam « corrige » sa grande sœur pour avoir débranché le chargeur de son téléphone et prend 6 mois.
Les faits remontent au courant du mois d’août. M. Thiam a surpris la plaignante dans la chambre de leur mère qu’il a fermée à clef pour éviter une quelconque intervention de la famille, avant de lui administrer une correction. Un chargeur de téléphone portable appartenant au petit frère est au cœur de la bagarre.

En effet, la grande sœur a trouvé le téléphone de M. Thiam en rechargement et l’a débranché, celui-ci s’est plaint avant de récupérer l’accessoire pour remettre son téléphone en recharge, mais la fille a attendu que son jeune frère entre dans les toilettes pour se doucher pour répéter la scène.

À sa sortie, M. Thiam a pu constater que son chargeur a encore été débranché de la prise par C. Thiam qui en profitait pour l’utiliser. Il interpella cette dernière qui l’engueula avec des insanités et s’ensuivit une bagarre. M. Thiam a alors exploité le bon moment pour décharger sa colère sur sa grande sœur en lui administrant une sévère correction. 

Devant la barre, la plaignante est revenue sur les faits.
« Les faits se sont déroulés à 13h dans la chambre de ma mère. J’ai débranché son chargeur que j’ai utilisé et il m’a tabassée. Il m’a roué de coups au visage et sur des parties de mon corps », a confié C. Thiam.

Il ressort du procès verbal d’enquête que le petit frère, suite aux empoignades, a menacé de tuer sa grande sœur à la moindre occasion et par peur qu’il passe à l’acte, cette dernière a décidé de porter plainte contre lui. M. Thiam a nié pour sa part lever la main sur cette dernière ni l’avoir menacé.

« Je ne l’ai pas tabassée. C’est elle qui m’a attaqué en premier et j’ai voulu la maitriser, malheureusement, je l’ai blessé au visage. Elle a débranché à plusieurs reprises mon chargeur qui était branché à mon téléphone et à chaque fois elle le faisait. Je suis allé avertir notre père de son acte mais elle m’insultait et me criait dessus. Elle m’a proféré des insanités lorsque j’ai repris mon bien », s’est-il défendu.

Le parquet qui a réprimandé le prévenu, a demandé l’application de la loi pénale.
« Elle est ta grande sœur et c’est de cette manière que tu la traite, est-ce l’éducation que vos parents vous ont inculqué ? Ton acte n’est pas digne d’une personne bien éduquée surtout qu’on est en Afrique et que les cadets doivent respect et considération à leurs aînés », lui a dit le maitre des poursuites.

Dans sa plaidoirie, la défense a fondé sa position sur l’excuse de provocation et a rappelé le désistement de la plaignante qui renonce aux poursuites contre son petit frère. L’avocat a ainsi demandé la relaxe purement et simplement de M. Thiam.

Statuant publiquement et contradictoirement, le tribunal a reconnu M. Thiam coupable du délit de coups et blessures volontaires et l’a condamné à 6 mois assorti de sursis...
Vendredi 2 Septembre 2022




Dans la même rubrique :