Coup de gueule du SG du Synpics Bamba Kassé : « La liberté de la presse est piétinée dans une république démocratique...lorsque les journalistes réagiront... »


Maisons de presse attaquées, journalistes humiliés, liberté de la presse piétinée; depuis quelque temps il est noté des agressions physiques et/ou verbales sur des professionnels des médias. Lors des récentes manifestations, des maisons de presse ont été attaquées, un trop plein de négativité pour le Secrétaire Général du Syndicat des Professionnels de l’Information et de la Communication au Sénégal (SYNPICS) qui s’est largement exprimé sur la question de la liberté de la presse sur Rfm matin, une émission d’une radio locale privée.

 

« Lors des manifestations, les signaux de certaines chaînes de télévision privées ont été coupés et ces gestes sont des faits qui amputent la démocratie d’un pays », déplore Bamba Kassé. Selon lui, une presse privée de sa liberté ampute la démocratie car, ceci revient à subir les agissements d’un peuple mal informé.

 

Par ailleurs, ce qui chagrine le SG du SYNPICS, c’est le mutisme des politiques face à cette démocratie piétinée. Il déclare lors de son entretien suivi à Dakaractu : « Nous avons commencé à envisager des réformes afin de rétablir l’ordre au niveau de la presse et nous avons bon espoir d’obtenir les résultats escomptés », en rappelant que le rôle du journaliste est de donner l’information juste et vraie après un bon traitement, mais l’impression que l’on a c’est que certaines personnes attendent de l’autocensure de la part du journaliste ce qui n’est pas logique.  

 

Il poursuit : « les médias travaillent pour le peuple et informent l’opinion publique, nous sommes tous des militants de la liberté d’expression et il y a une solidarité entre journalistes. »

 

Lors de son entretien Bamba Kassé rassure quant à la protection des journalistes et déclare que, le (CPJ) Comité de Protection des Journalistes, Reporters Sans Frontières, la Fédération Internationale des Journalistes et d’autres structures de grande renommée sont là pour tous les journalistes du monde et que récemment, ils ont collaboré avec la structure Avocats Sans Frontières afin de voir comment entamer une procédure de poursuites pénales pour rétablir l’ordre au niveau de la presse sénégalaise qui en subit énormément par rapport aux autres presses. 

 

« D’ailleurs, nous avons de la force à l’étranger nous aurions pu porter plainte et attaquer au niveau international. Cependant, tout cela pourrait porter préjudice à notre pays donc cela ne doit plus se reproduire ».

 

Pour finir, Bamba Kassé annonce un plan d’action pour la défense de la liberté d’expression. En ce qui concerne le CNRA, le SG du SYNPICS soutient qu’il est temps de prôner la culture du « devoir d’ingratitude », une expression utilisée pour faire comprendre lorsqu’on se retrouve à la tête d’une structure, de ne plus aller dans le sens de celui qui nous a nommé mais de faire les bons choix pour défendre les intérêts de la majorité.

 

« Compétence et régulation sont les mots clés qui peuvent régler au mieux cette situation à laquelle est confrontée la presse sénégalaise en termes de liberté »,  termine-t-il.

Mercredi 17 Mars 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :