Coronavirus : Une nouvelle mutation du variant britannique favoriserait la réinfection.


Le variant britannique risque de chambouler la riposte contre le coronavirus. Déjà présent dans au moins 70 pays dont le Sénégal, cette nouvelle souche qui est apparue en Grande Bretagne en septembre avant de se propager en décembre, a acquis une mutation présente chez ses homologues brésilien et sud-africain tout aussi dangereux pour leur contagiosité.

« Les virus SARS-COV-2 sont des virus à ARN qui font souvent des erreurs au niveau des réplications. Ces erreurs se font au fil du temps et une moyenne de une à deux mutations par mois sont observées. C'est moins élevé que celui de la grippe et quatre fois moins élevé que pour le VIH. Jusqu'à ce jour, on a identifié 12 000 mutations mais elles n'ont pas la même conséquence. Sept groupes de variants ont été notés », renseigne le Pr Mboup de l'Institut de recherche en santé, de surveillance épidémiologique et de formation (IRESSEF).

L'agence de santé anglaise citée par Libération.fr visitée à Dakaractu, a annoncé que la mutation E484K de la protéine Spike, trouvé chez les variants sud-africains et brésiliens a été détectée dans les séquences de 11 virus du variant britannique. Cette nouvelle donne est d'autant plus inquiétante qu'elle pourrait contribuer à rendre la rémission beaucoup plus difficile. En effet, les virus porteurs de la mutation E484K auraient une facilité pour échapper aux anticorps développés par les personnes déjà infectées.

Lors d'une présentation sur les mutants, le Pr Souleymane Mboup a indiqué que la mutation E484K diminue la reconnaissance du virus par les anticorps, donc, sa neutralisation. « Un phénomène observé en laboratoire grâce à des analyses réalisées sur le plasma de personnes ayant contracté le Covid : le virus se joue de l'immunité après 45 jours », a-t-il ajouté. Selon Libération.fr lu à Dakaractu, un cas de réinfection par un virus porteur de la mutation E484K a été documenté.

Pis, cette mutation présente dans les variants sud-africains et brésiliens et vue chez leur homologue anglais pourrait rendre moins efficace les vaccins anti-covid.
Mercredi 3 Février 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :