Contrôle routiers et non-respect des engagements de l’État : les transporteurs appuient sur le « frein » et donnent un ultimatum…


Contrôle routiers et non-respect des engagements de l’État : les transporteurs appuient sur le « frein » et donnent un ultimatum…
L’Intersyndicale des Transports Routiers du Sénégal (ITRS) ne compte pas faire pédale douce face à ce qu’il considère comme une trahison de la part de l’État du Sénégal qui peine à respecter ses engagements.

Les tracasseries policières, la concurrence déloyale, l’intervention des véhicules particuliers dans le secteur, l’insécurité des trans­por­teurs et tant d’autres points revendicatifs ont fait l’objet de discussion entre les acteurs et le gouvernement en décembre 2021. Cependant, le non-respect des trois postes de contrôle a suscité l’indignation chez les transporteurs qui avertissent l’État et menacent de poser des actes qui risquent encore de perturber la marche du secteur. 


Il est vrai que le gouvernement, avec l’accumulation des accidents ces derniers jours, opte pour plus de contrôle dans les routes, mais c’est complètement en phase, selon Gora Khouma et ses camarades syndicalistes, avec les engagements pris par le ministre des transports qui, lors de la dernière grève avait rassuré sur ce point qui tracasse les acteurs des transports, et pris des engagements tels que le décret du président de la République sur le respect des trois postes de contrôle et tant d’autres.

Gora Khouma et Cie menacent : « C’est une présence de gendarmes ou de policiers, mais c’est plutôt un système qu’il faut régler pour éviter ces accidents. En plus, pour ce qui est même du contrôle, il doit être mixte, impliquer les différents corps et la régularité tout en respectant les trois postes qui avaient provoqué la signature du décret du président. C’est ce qu’il faut respecter », s’est indigné Gora Khouma.

Ce dernier informe d’un mémorandum qui sera signé et des propositions déclinées et soumises à l’appréciation du gouvernement avec tous les ministres impliqués. Un délai d’un mois sera donné et si rien n’est encore clair sur ce point, un préavis de grève sera fixé par l’intersyndicale. 
Samedi 15 Octobre 2022



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :