Contribution: Faut il abroger le code de l’emploi au Sénégal.


Contribution: Faut il abroger le code de l’emploi au Sénégal.

Il n’y a pas un seul jour qui passe ces derniers jours sans que radios et télévisions ne relatent convulsion et mouvement d’humeur de travailleurs et ouvriers  dans les usines de fabrication de carreaux céramiques TWYFORD GROUP au Sénégal.

Ce groupe osons honnêtement le dire ne peut être que le bienvenu au Sénégal ; il y a créé des centaines d’emplois ; transformé les carrières et granulats du sol et sous sol du bassin de Diass  en produits et matériaux de décoration pour maisons et édifices ; il a  relevé le plateau technique et logistique  grâce à des unités d’assemblage dernier cri.

Le Sénégal avec ce groupe valide une stratégie qui s’est enclenchée depuis longtemps à savoir présenter notre pays comme une destination de choix pour l’investissement direct étranger. Nos pouvoirs publics surtout les deux derniers régimes y ont travaillé  avec des batteries de réformes pour un environnement des affaires attrayant et souvent des facilités exorbitantes ont été concédées pour positionner notre  auprès des multinationales et aujourd’hui avec le pétrole et le gaz notre pays a des raisons d’espérer. Le benchmark ou le miracle  mauricien est il transposable dans notre pays, le futur des usines comme twyford groupe et d’autres investisseurs dans zone industrielle de damnadio  nous le dira.

L’output des usines de ce groupe est plus qu’essentiel pour notre pays ; en effet l’importation des matériaux pour le secteur du BTP représente pas moins de 800 milliards de Fcfa par année ; à  part le ciment, le sable et le béton tout est importé dans le bâtiment au Sénégal.  Le  secteur le BTP est la première destination de l’épargne des sénégalais ; le motif principal de leur endettement car tout sénégalais veut un toit. La diaspora engloutit 40      de ses transferts dans  le bâtiment ainsi en termes de valeur ajoutée annuelle le bâtiment  avoisine 1200 milliards de F CFA  ici au Sénégal d’où l’enjeu prépondérant de ce sous secteur pour notre pays et son économie.

Puis vint un regain d’impulsion et de dynamisme avec le programme des 100 000 logements  du Président de la République qui semble conscient  que les seules forces du marché à elles seules ne peuvent pas démocratiser l’accès au logement aux pères de familles surtout ceux aux revenus modestes.

Le groupe asiatique a bien compris tous ces enjeux ; la demande de matériaux de second œuvre et finition explose en Afrique et le Sénégal en tête  avec la montée en puissance de la classe moyenne qui demande des villas et appartements de qualité ; aussi l’avantage du corridor Dakar - bamako et du port de Dakar facilitent pour le groupe asiatique la pénétration du marché sous – régional. Les trois géants du ciment dans notre pays lui ont montré la voie.

 

Notre pays le Sénégal cherche désespérément des créneaux et opportunités pour sa jeunesse ; notre force de travail connaît dans ce pays et partout sur le continent une croissance exponentielle d’où l’impérieuse  nécessité d’attirer des gros investissements structurants dans tous les domaines pour une transformation de nos économies surtout des secteurs aussi essentiels comme l’agriculture l’industrie et les services.

L’investissement du groupe asiatique dans notre pays répond à cela  il apporte du capital et un savoir faire technologique ; le tout conjugué  à notre force de travail et ressources naturelles abondantes pour transformer nos économies dans le cadre de chaînes de valeur. Les richesses ainsi créées et distribuées sous formes de salaires et de prélèvement direct ou indirect bénéficient  aux travailleurs et aux administrations.

Le  Sénégal semble avoir un besoin urgent d’investissements important aujourd’hui et ne nous y trompons pas  le monde offre énormément d’opportunités d’investissement notamment chez eux en Asie ou la productivité par tête de travailleur est plus élevée que chez nous; le rendement du capital plus garanti et les lois et législations du travail moins rigides voire inexistantes.  

Justement pour les lois et législations du travail on peut – on se demande en quoi l’ouvrier sénégalais et le travailleur ici dans notre pays  a- t- il de plus que les ouvriers textiles au Pakistan et au Bangladesh.  Qu’a-t-il de plus que les ouvriers dans le domaine de la sidérurgie ou du charbon en Europe ; et ne parlons des usines d’assemblage et de montage des terminaux Apple chez les tigres asiatique. Et plus prés de nous voyons le secteur du textile ou du sucre à Maurice ou les travailleurs de  l’industrie du cuir et des peaux en Ethiopie. Partout dans le monde les conditions sont à quelques exceptions près les mêmes. Le capital semble dicter sa loi et c’est au travail de s’y ajuster et nos pays d’Afrique s’ils veulent attirer l’investissement n’échapperont pas à cette tendance.

Pour le Sénégal il nous faut beaucoup de cohérence dans notre démarche en abrogeant ou en révisant nos lois et législations du travail ; si nous voulons transformer ce pays avec des capitaux étrangers à la recherche du rendement optimal nous devons aller vers plus de flexibilité car ce monde protège le capital  plus que l’emploi qui est juste une variable d’ajustement.

C’est à ce  prix et ce prix seulement que les groupes asiatiques ou européens et de plus en plus africains viendront investir à nos côtés pour un renouveau économique.

 

Moustapha DIAKHATE
                                                                                                     Ex Conseiller Special Primature

Mercredi 28 Avril 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :