Conseil présidentiel pour l'insertion et l'emploi des jeunes : Difficultés liées à l'accès aux financements, le manque de formation technique des jeunes et la faiblesse de leur présence dans les instances de décision au cœur des échanges...


C'est devant tous les membres du gouvernement et des différents représentants des jeunes à l'échelon  national, que le président Macky Sall a ouvert ce jeudi, à la salle de conférence internationale Abdou Diouf de Diamniadio, le conseil présidentiel pour l'insertion et l'emploi des jeunes.

Une opportunité pour les jeunes de venir exposer leurs doléances ainsi que les difficultés qu'ils sont en train de vivre au niveau de leurs localités et qui aura une incidence sur l'emploi.

Le président Macky Sall, prenant la parole pour lancer les échanges et laisser les représentants des jeunes des différentes régions du Sénégal, a donné son accord et manifesté son intention d'accompagner ces jeunes. Comme il l'a déjà soutenu le 08 mars dernier, "je vous ai entendu et compris", le président Macky Sall a réitéré ce matin devant cette forte représentation de la jeunesse sénégalaise, que sa volonté de favoriser la création massive d'emplois demeure une réalité. 

Cependant, le gap sur la situation de l'emploi dans la plupart des régions est loin d'être comblé. Si certains signalent leur satisfaction sur l'évolution de l'emploi des jeunes, d'autres estiment qu'il y'a énormément d'efforts à faire dans plusieurs secteurs, notamment celui de l'agriculture, de l'élevage, de la pêche et aussi de l'artisanat.

La problématique liée à l'accès au financement a été soulignée par la plupart de ces jeunes. En effet, cette difficulté est souvent liée à l'apport qui est demandé à certains jeunes qui ne trouvent pas souvent les ressources nécessaires. La faiblesse des financements accordés est également un blocage pour certains jeunes détenteurs de projets et qui n'attendent que des financements conséquents pour avoir un départ prometteur. Par exemple, un jeune peut demander un financement à hauteur d'un million et ne parvient même pas à avoir la moitié de ce financement. 

Le manque de formation technique et de qualification des jeunes est également un problème récurrent qui freine aussi l'employabilité des jeunes. En effet, si les jeunes parviennent à être formés techniquement dans certains domaines comme l'agriculture, l'élevage, la pêche, l'artisanat et aussi les TIC, ils bénéficieront naturellement d'un emploi et l'exerceront convenablement. La question du chômage demeure préoccupante dans plusieurs régions du Sénégal. 

Les représentants des jeunes à travers les  CRD tenus avec les différents gouverneurs concernés, ont également souligné l'accès aux métiers du pétrole et du gaz. Le recours à l'expertise locale est une volonté du président de la République du Sénégal. C'est pourquoi, dans les échanges, la priorisation de l'expertise locale est bien saluée par les représentants des jeunes qui considèrent que c'est une bonne opportunité pour aider cette tranche d'âge en difficulté à trouver des emplois, dans ces métiers prometteurs.

Enfin, la promotion des jeunes dans les instances de décision est aussi un réel problème. En effet, considérant que l'expérience ne dépend pas de l'âge, c'est un souhait pour les jeunes, de penser à promouvoir la jeunesse dans les différentes instances de décision. Une option qui permettra aussi à ces jeunes d'avoir non seulement une occupation comme emploi, mais aussi leur permettra d'acquérir de l'expérience dans la marche des affaires du pays... 
Jeudi 22 Avril 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :