Conflit à Eiffage / Bineta Sarr et Raphaël Henry Nzalé victimes de licenciement : Les syndicalistes décidés à s'y opposer


Conflit à Eiffage / Bineta Sarr et Raphaël Henry Nzalé victimes de licenciement : Les syndicalistes décidés à s'y opposer
Deux travailleurs de la société d’exploitation d’une partie de l’autoroute à péage ont des difficultés avec leur hiérarchie. La dame Bineta Sarr en arrêt de maladie est accusée par le directeur de la maintenance de ne pas respecter sa hiérarchie. Ce qui lui a valu une lettre d’explications. Puis un huissier prétextant, explique-t-elle, n'avoir pas déchargé la lettre d'explications, il lui a été notifié son renvoi. « Ils m’ont donné une mise à pied de deux jours parce que je ne respecte pas ma hiérarchie », fait savoir la dame. Des problèmes selon son témoignage qui lui ont valu un accident lors duquel elle a failli perdre son bébé, alors qu’elle était en état de grossesse. L’affaire est pendante devant la justice, fait-elle savoir, parce que l’inspection régionale du travail n’a pas pu trouver un consensus au problème
Une situation qui a valu le licenciement aussi de Raphaël Henry Nzalé. Travaillant au département des ressources humaines, son responsable hiérarchique lui avait remis la lettre de licenciement de la dame. Et selon son témoignage, il a refusé de la recevoir pour vice de forme. « Bineta a été licenciée pour perte de confiance. Ce qui est un motif léger et fallacieux », fait-il savoir.
Informé de la situation de la dame, il ajoute que « les délégués se sont saisis du dossier pour défendre les intérêts de la pauvre dame. Ils ont paniqué et les délégués leur ont dit de les informer s’ils décident de la licencier.
A cause de cet état de fait, les syndicalistes de la société Eiffage ont pris les deux dossiers à bras-le-corps pour défendre les deux employés qui, selon eux, ont été victimes d’abus de licenciement. Selon Mamadou Diène, SG du Syndicat des travailleurs un avis de conciliation auprès de l’inspecteur régional de Dakar a été déposé. « Il nous a convoqués avec l’entreprise le jeudi à 11 heures. Maintenant s’il n’y a pas de conciliation, nous déposerons un préavis de grève. Nous allons rester un moment sans rien faire. Mais un mois après, nous irons en grève pure et simple. Demain (aujourd’hui), nous ferons un point de presse », confie le syndicat.
Mercredi 28 Avril 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :